AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

E. Haynes ▬ forget the horror here.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Elijah Haynes
membrehello from the other side
○ messages : 30
○ inscription : 28/01/2016

MessageSujet: E. Haynes ▬ forget the horror here. Jeu 28 Jan - 22:50

Elijah Haynes


No fear, no pain.
nom : Haynes
prénom : Elijah
âge : quarante et un ans, mais il s'en sort pas trop mal.
date et lieu de naissance : dix-huit septembre mile neuf cent soixante quinze.
vos origines : Irlando-américain ; un père irlandais, une mère américaine.
métier : propriétaire d'un petit bar qu'il a ouvert peu de temps après être arrivé.
orientation sexuelle : hétérosexuel, il aime autant qu'aucun homme ne l'approche.
statut matrimonial : en couple avec sa Jadou. père de jumeaux, Aaron et Connor.
côté financier : il s'en sort, du mieux qu'il peut. assez bien vu sa cupidité.
les crédits : odistole.
   

un peu plus sur toi
Il est l’instabilité, ce trouble perpétuel qui n’en finit pas de s’accroitre. Il est ce paradoxe éblouissant, cette lutte tenace entre un bien trop fragile et un mal effréné. Il est une part de lueur qu’on tient à sauver, l’étincelle qui subsiste faiblement au cœur de ténèbres. Elijah, il est cet homme qui avait cru pouvoir faire le bien mais que les excès de violence ont dérouté. Il est cette âme éperdue dans des limbes bien assez profonds. Il est ce cœur gangrené qui peine à battre quant aux erreurs commises, il est l’auteur des symphonies jouées lorsque la nuit tombe et que les songes se font trop nombreux, trop pompeux. Finalement, il est cet amas d’une douceur trop rare et d’une dureté déroutante. Il est celui qui cherche le repentir dans l’exil, celui qui croit encore à des rêves impossibles, l’éternel optimiste ayant réussi à contempler un nouvel horizon quant à la déchéance promise quelques années plus tôt. Il est ce besoin de se prouver qu’il n’est pas le monstre qu’on a voulu faire de lui dans les journaux, ce loup pas si horrible que ça. Il est celui qui a cru bien faire mais qui s’est trompé ; et plus d’une fois. Elijah, il est l’homme qui cherche encore à comprendre comment tous les pas entrepris l’ont mené jusque-là et qui, malgré tout, ne le regrette pas.   
   
Depuis combien de temps es-tu à Youghal et que penses tu de cette ville ? ○ Il n’y est que depuis peu, ayant pris le temps de s’installer, de s’habituer. Parce que ce calme ambiant, cet air nouveau ne le surprend que trop. Il sait qu’il va devoir vivre différemment, il sait qu’il lui faudra bien des années avant que les choses ne se fassent normales à ses yeux. Néanmoins, cette ville n’est rien d’autre que le havre de paix dont il avait besoin, dont ils avaient besoin suite aux erreurs commises à New-York. Elle offre une possibilité à l’ancien mercenaire de se reconstruire et d’apprendre à exister sans son ombre ensanglantée. Il n’y voit qu’une rédemption, qu’un joyau dans lequel se perdre sur les conseils de son père. Aussi, pour l’instant, il préfère se faire discret, restant dans son coin en attendant que les choses ne se fassent par elles-mêmes ; sachant tout de même que cet endroit aura beaucoup à lui apporter.
   
Quelle est votre position vis à vis des enlèvements ayant eu lieu avant les années 2 000 ? Il préfère ne pas s’en mêler. Sa paranoïa née à New-York au cours des quelques dernières années lui a appris à ne plus se soucier que de celle qu’il aime et des enfants qu’elle lui a donné. Aussi, il ne s’y intéresse pas plus que cela, l’ayant appris par des clients commençant à prendre quelques habitudes dans les lieux qu’il a rénové, ceux qu’il possède désormais. Il écoute mais ne dit rien, Elijah entend mais choisi de faire la sourde oreille. Mais, qui sait, peut-être qu’à l’avenir, cet ancien mercenaire pourrait trouver une telle menace trop encombrante pour ne pas totalement s’y intéresser.
   
Où est-ce que tu te vois dans le futur ? ○ Il a choisi ces contrées pour parvenir à vivre convenablement, loin d’imaginer qu’une telle histoire résiderait dans ce petit coin de paradis. Néanmoins, il fait au mieux pour ne se concentrer que sur le présent ; et rien d’autre que cela. Elijah ne regardera pas en arrière, Elijah n’ira pas se faire plus de plans qu’il ne vient déjà d’en entreprendre. Il restera sur l’instant, cette fois, pour ne pas avoir à penser au pire, pour ne plus perdre ne serait-ce qu’une seconde à se dire « et si ? ». Et si rien du tout, Haynes n’a plus qu’à convenablement ouvrir les yeux sur son présent pour prendre conscience que tout ce dont il a besoin est actuellement avec lui. Et si les choses doivent se terminer ici, désormais, il se fera un plaisir de les laisser arriver.
   
[] passé simple [x] indicatif présent  [] futur simple
   
derrière l'écran
ton pseudo : LILY. âge : Vingt ans. pays : France. fréquence de connexion : Toujours, malgré vous, vous verrez. comment t'es arrivé ici ? : A force de recherches, par Jasper Dolan. un commentaire ? : Je sais faire des cookies? ton personnage : [x] inventé [] scénario [] pv
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Elijah Haynes
membrehello from the other side
○ messages : 30
○ inscription : 28/01/2016

MessageSujet: Re: E. Haynes ▬ forget the horror here. Jeu 28 Jan - 22:50

there is something important...


...but you can't know that.

   Il a eu l’impression que la lame s’enfonçait à nouveau dans son dos, violente, brutale, incessante. Torture imparable pour une faute qu’il n’avait pas commise de son plein gré : lui ressembler, à cet homme-là, à cette âme que sa mère n’arrivait pas à oublier et qu’elle haïssait, visiblement du plus profond de son âme. Parce qu’elle n’est devenue que de plus en plus folle, jusqu’à s’en prendre à lui pour avoir hérité de sa turbulence, de tout ce qu’il avait pu être. Le portrait craché de son père, de cet homme qu’il n’a pas connu mais dont sa mère a gardé bien des séquelles. Dont le souvenir se fait gangrénant jusqu’aux pupilles du gamin qu’on blesse, qu’on saigne comme pour lui rappeler qu’il aurait déjà dû être tout autre. Elijah ferme les yeux, un petit instant, rien que dans l’espoir de parvenir à respirer plutôt convenablement alors que les images reviennent, que la douleur s’accroit comme si elle pouvait être récente, comme si la tarée se tenait encore derrière lui, à hurler, à lui insuffler cette névrose au-travers des plaies dessinées le long de son dos. Il aurait pu la tuer, depuis toutes ces années, peut-être qu’Elijah aurait dû le faire. Au lieu de ça, il s’est tu. Il a encaissé, il a pris sur lui, il a accepté les cicatrices qui, là, aujourd’hui, le démange comme si tout s’était rouvert sous les draps de son tombeau nocturne. L’aube n’est pas encore là et l’obscurité aide ces souvenirs à se frayer un chemin de plus en plus évident jusqu’à sa conscience. Ils remontent, ils viennent frapper là où ça fait mal. Le mercenaire tremble, le quadragénaire fait au mieux pour se contenir, serrant les dents, priant pour que le cœur encastré de force sous sa poitrine n’implose pas sous sa cage thoracique. Il soupire à nouveau, il essaie de ne se concentrer que sur son exil vers des contrées plus calmes, plus sereines, vers un homme qui – quant à lui – s’est empressé de l’aimer du mieux qu’il le pouvait. Le Michigan aura sauvé sa vie, comme une partie de son âme. Une enfance dans la torture, dans l’acceptation du monstre qui sommeille pourtant encore silencieusement pour en arriver à une adolescence en quête de repentir, voulant prôner le fait que, non, il n’a rien à voir avec celui dont on ne lui parle pourtant pas mais qu’il devine aisément déchu. Mais les excès de violence ne font qu’accroitre, mais l’appel du sang s’est fait bien plus fort que sa volonté. Et, si l’école de police avait pu fonctionner les six premiers mois, son départ pour New-York aura pris une toute autre tournure que celle désirée d’abord.

Vingt ans, ou peut-être vingt-et-un. Sur des détails aussi futiles, la mémoire s’estompe mais il se souvient pourtant parfaitement de ce soir-là, il n’a eu de cesse de se rejouer chacun de ses actes jusqu’à ce qu’ils n’aient plus réellement de sens. Pourtant, c’est ce qui aura décidé la voie qu’il aura suivi, par la suite. Il avait attendu, il avait choisi d’essayer de passer la soirée calmement, loin des bagarres quotidiennes, loin des rangs de l’école de police au sein desquels tout allait en se dégradant. Il y avait rencontré son meilleur ami, parmi eux. Un homme presque aussi perdu que lui mais bien plus droit, bien plus sous contrôle que l’esprit du jeune garçon à l’époque. Un meilleur ami qui aurait dû être là, ce soir-là, mais qui ne l’avait pas été. Les heures se sont succédées, le temps s’est éteint aussi certainement que les retenues jusqu’alors maintenues entre les murs où il s’est fait errant ce soir-là ; un petit bout d’Irlande pour lui rappeler des origines qu’il sait avoir. Mais l’alcool sait se faire indécente, parfois provocatrice, assez pour que les coups ne viennent pleuvoir, là, juste à côté de lui, jusqu’à l’atteindre, dans un malentendu des plus totales. Ça aura suffi à Haynes pour détaché la corde jusqu’alors liée à son cou, il a ouvert la cage du loup pour ne lui laisser que plus d’aise, plus de liberté. Aussi, il s’est laissé tenter par le bien imparable que ça viendra lui faire, se jetant sur l’autre homme, frappant – encore et encore – sans se demander s’il était celui en tort ou non. Et ça, jusqu’à presque le tuer, jusqu’à ce que des mains ne le tirent en arrière en l’incitant à les suivre. Deux autres gamins, probablement paumés aussi. Deux autres gamins qui l’auront mené jusqu’à la justice qu’ils ont, quant à eux, choisi de suivre. Elijah, ce soir-là, courrait dans les rues New-Yorkaises vers un horizon bien moins brillant que celui qu’il avait souhaité accomplir. Elijah, ce soir-là, rejoignait les rangs de la mafia irlandaise grâce à son sang, grâce à cette rage qui gronde au fond de lui, grâce à des faits qui – dans un premier temps – n’avaient été fait que pour assouvir une soif dérangeante en son for intérieur plutôt que pour aider qui que ce soit. Mais ils lui ont donné un but à suivre, ils ont réussi à canaliser cette perte de contrôle évidente, ils ont construit la clôture au loup récemment trouvé. Et un homme l’a pris sous son aile, rien qu’un seul, ayant longtemps été un mentor pour Haynes, ça pour le mener vers ce qu’il est finalement devenu : un mercenaire. Et le gosse de départ, cet homme-là aujourd’hui, sans âme ni cœur, se sera jeter les bras ouverts dans la perdition exagérée de son existence parce qu’il n’aurait pu faire autrement, parce que tout aurait pu être pire que cela.  

De longues années ont passé, la solitude s'est fait plus noire, plus intense et le cœur du mercenaire aisément corruptible. Parce qu'il a appris à rester dans l'ombre, il s'est fait fantôme de sa propre vie, spectre éperdu entre des murs qui sont pourtant siens. Son grand-père lui a offert son appartement au cœur de la ville qui ne dort jamais, en plein Queensbridge, terrain hostile devenu terre d'entrainement pour des névroses envahissantes et tortionnaires ; davantage pour lui, qu'on ne vienne pas laisser sous-entendre le contraire. Mais Dieu est miséricordieux, même envers l'être qu'il est devenu, même malgré l'arme qu'on a fait de lui. Il aura fallu près de vingt ans à Elijah pour voir apparaître un rayon de soleil dans son univers dépravé, incolore, immuable. Une rouquine dont le désir de vivre s'est mêlée à sa fascination pour la Mort. Une jeune femme pleine d'humanité à revendre, à offrir aussi ; surtout. Un joyau d'innocence qu'il s'est surpris à convoiter, à aimer, à chérir autant que possible au fur et à mesure qu'elle venait s'abandonner à ses bras, aussitôt qu'elle s'est donné à lui, pleine et entière, princesse dénudée en quête d'un peu d'aventure auprès du dragon plutôt que du prince. Elle s'est faite porteuse de lumière, halo de clarté dans des ténèbres bien installées, conquérante confirmée du cœur sous sa poitrine, membre oublié depuis un temps incertain. Elijah s'est fait prendre au piège par ses lueurs, par la mélodie qui s'échappe d'entre ses lèvres et prend d'assaut chacun de ses alentours depuis. Parce qu'il a compris qu'elle serait un cadeau qu'il ne mériterait pas, jamais. Parce qu'on pourrait récupérer ce présent et réinstaurer ce néant près de lui, cette solitude pesante, dévastatrice ; ce qu'elle avait été durant bien des années, à enfouir l'Homme et laisser libre court à la Bête. Loup solitaire, carnassier, sanguinaire et dont les sentiments, finalement, recommence à se faire entendre. Lentement mais surement, assez pour qu'il ne finisse par l'aimer, tellement, à s'en faire mal, à en devenir plus que paranoïaque, à comprendre – finalement – qu'une faiblesse s'est inscrite en lui, brutale mais salvatrice. Nécessaire, dans un sens. Parce qu'elle est venue lui offrir un nouveau but, parce qu'elle est venue lui donner une véritable raison de vivre plutôt que d'essayer de survivre. Jade est parvenue à soigner l'esprit tourmenté du mercenaire, elle est parvenue à offrir un nouvel horizon à la vie triste et morne du quadragénaire, une nouvelle route pour sa pitoyable avancée. Elle s'est faite centre de son monde, principale raison des battements sous sa poitrine. Le silence s'est brisé, le calme s'est estompé ; pour son plus grand bien. Il a vu les couleurs de son monde revenir, il a vu l'orangé fracasser la barrière nuageuse grisâtre à laquelle il s'était habitué. Elijah, dès cet instant, s'était vu revenir à la vie.

Néanmoins, un bonheur reste éphémère, fragile, d'une rareté insoutenable pour celui qui croit déjà ne pas le mériter. Et on a voulu lui enlever, on a voulu briser chaque parcelle d'humanité restante en son for intérieur déjà abimé. On s'en est pris à la perle que pouvait être Jade, au creux de ses mains et, à cet instant-là, finalement, il a compris que l'existence – parfois – pouvait être précieuse aux yeux de quelques-uns. A commencer par lui, pour cette fois. Il avait vu son monde s'effondrer, chaque rempart de son existence s'effondrer, il avait vu les couleurs de son royaume se ternir à chaque seconde qui s'écoulait depuis que l'azur brisé de ses prunelles s'était posé sur la preuve même qu'on lui avait arraché. Tout comme lui avait pu le faire, quelques temps auparavant. Car, si c'est vers elle qu'on s'est tourné, ça n'avait été que pour l'atteindre lui, au plus profond de son cœur ; là où il avait pu frapper en premier, quelques mois auparavant. L'étau s'était resserré autour de lui, un substitut du procureur trop encombrant, trop curieux, trop ambition. On lui avait demandé de le mettre en garde, on lui avait demandé de transmettre un message. On lui avait demandé de le faire malgré sa manière de faire, malgré ce pour quoi il était fait. Et Elijah avait accepté, Elijah l'avait fait ; selon lui, en tout cas. Une fillette enlevée, les larmes d'un père abandonnées sur ses joues. Il avait voulu que le mot à passer soit clair, il avait voulu que l'impact soit concret ; un exemple à suivre, une preuve que les choses sont allées trop loin. Le mercenaire l'avait attendu, il lui avait fait entendre qu'il pourrait la revoir, rien que quelques instants, rien qu'un petit temps. Et il avait tenu sa promesse jusqu'à ce que, sous les yeux de cet autre homme, l'étincelle vivace des yeux de la gamine ne s'estompe définitivement. Il l'avait tué, là, dans une mise en scène parfaite, dans un lieu où aucun de ses actes ne pourraient être complètement oubliés. Le souffle de la petite s'est atténué, lentement, cruellement pour l'unique spectateur de cette pièce trop rapidement terminée. Et la promesse qu'il lui avait faite, comme quoi tout irait bien malgré le Loup détenteur de ses liens, s'était ancrée dans les murs de l'église avant qu'elle ne soit pas tenue, avant qu'elle n'ait plus aucune valeur. Elijah s'en était sorti, de justesse. Elijah avait fui avec la prétention de pouvoir s'en remettre à sa petite vie calme, paisible, bien que cachée. Mais la vengeance d'un homme n'est pas à prendre à la légère, pas même lorsqu'il se brise à chaque seconde de sa misérable existence. Et Elijah a dû y gouter, à cette dernière. Parce que cet homme s'est tu, parce qu'il a choisi de ne pas laisser entendre qu'Elijah était responsable, parce qu'il a choisi de faire sa propre justice... en s'en prenant à aussi cher du côté du mercenaire. Il a enlevé Jade, il a pris le joyau du Roi déchu dans l'espoir de pouvoir lui partager cette peine, cette douleur insoutenable, cette souffrance qui – quant à lui – le réduirait à néant. Aussi, il l'avait trouvé, il avait suivi les indications, il avait trouvé sa Belle et les tortures qu'on lui avait fait subir. Elijah avait rejoint ces murs sans savoir ce qui pourrait advenir, avec la ferme intention de sauver sa Reine et, probablement, de s'éteindre par la suite. Mais les choses ont été toutes autres, les faits premiers ont été contré. Parce qu'il n'a pas été seul sur le chemin jusqu'à son tombeau, parce que son meilleur ami – sauveur des années passées – l'a accompagné, parce qu'il lui a permis de retrouver l'unique raison à sa vie de garder une certaine stabilité ; celle qu'on avait fait taire en s'en prenant à Jade. Car revoir la Belle n'aura pas suffi à Elijah, à cette colère qu'il avait laissé grandir au fond de lui sans imposer de barrière, ni même de retenue. Il avait fallu que la Bête s'en mêle, il avait fallu qu'il fasse taire ce besoin irrépressible de lui faire payer cette audace. Et il l'avait fait, s'acharnant, couteau à la main, poitrine sous ses doigts. Il avait frappé, encore et encore, jusqu'à son cœur, jusqu'à littéralement pouvoir le prendre au creux de sa main, jusqu'à sentir ses poignets presque se lier. Un nouvel obstacle, une nouvelle âme présente dans ce mausolée d'horreur. Un curieux de plus, un collègue de son meilleur ami qui, désormais, se doit de faire un choix. Parce que, quant à lui, la voie de la justice légale lui avait été possible. Il était parvenu jusqu'au titre de lieutenant, bien que l'amitié avec Haynes soit bien trop ancrée en lui pour qu'il ne s'en débarrasse, pour qu'il ne l'abandonne. Alors, oui, le choix était à faire. Laisser le mercenaire se faire priver d'une liberté trop longtemps conservée ou se hisser à ses côtés, faire entendre que les lois qu'ils se doivent de servir n’impacte pas lorsqu'il s'agit de ce frère-là... Et la décision fut prise, la détonation avait résonné, écho sans fin, davantage dans l'esprit du mercenaire que dans la mémoire qui s’inscrira dans ces lieux. Derrière lui, le cadavre du détective s'effondrait au sol dans un fracas brutal, et pourtant si silencieux. L'azur du quadragénaire s'était finalement levé vers celui qui l'avait suivi, il s'était permis de le contempler, rien qu'un instant, avant de comprendre que rien, plus rien ne serait comme avant et qu'il lui faudrait fuir, désormais. Plus loin qu'humainement possible. C'était ça, la raison de sa première cavale. Une chose en entrainant une autre, une cause pour une conséquence qui en entraina d'autres encore à sa suite.

Dexter avait choisi de prendre les choses en main, sa version devenait officielle et son collègue, Samwell, se voyait enterré en héros, présent au mauvais endroit, au mauvais moment. Quant à Elijah, il s'en était retourné vers les contrées de son enfance, là où il s'était réfugié lorsque la folie de sa mère aurait pu le tuer. Il s'était échappé, avec l'aide de Dexter, celui-ci lui ayant fait entendre qu'il ne pourrait plus faire autrement. Jade avait été prise en charge par l’hôpital, lui donnant également l'occasion de ne pas avoir à se retourner, de ne pas avoir à faire à ses larmes quant au départ à entreprendre. Elijah s'était envolé, emporté par un nouveau vent, sans un mot, sans mise en garde, sans aucun au-revoir envers ce qu'il avait pourtant de plus cher. Il a rejoint la sérénité du Michigan, il a choisi l'exil plutôt que les risques, plutôt que l'incertitude imparable de se réveiller menotté. Elijah avait tout quitté, jusqu'à la seule raison d'une possible humanité, pour s'enfoncer dans de nouvelles ténèbres, dans des abysses bien trop sombres pour ne lui laisser rien qu'une chance d'en sortir. Il s'est laissé pourrir, il s'est laissé mourir là où l'espoir de pouvoir vivre lui avait été donné une vingtaine d'années auparavant. Elijah a attendu, Elijah s'est tu durant des mois et des mois sans ne laisser entendre qu'il pourrait encore survivre, quelque part. Et ça l'a rongé, finalement, ça l'a bouffé de l'intérieur jusqu'à le rendre plus stupide qu'il n'avait pu l'être, jusqu'à renforcer son addiction envers la boisson, jusqu'à ce qu'il ne devienne complètement dépravé. Abandonné dans les bras d'une femme qui s'était faite sienne au cours de son adolescence. L'erreur de trop, la perdition alarmante qui lui aura fait reprendre conscience pour la première fois depuis son départ de New-York. Il avait compris, il avait mis le doigt dessus, enfin. Elijah n'avait pas la force nécessaire pour vivre sans sa rouquine. Parce qu'elle avait été l'unique fait salvateur à la vie du mercenaire. Parce qu'elle avait été le nouveau but de sa vie, la raison pour laquelle, à chaque aube, ses prunelles rencontraient la clarté d'un nouveau jour. Jade avait été bien plus que tout ce qu'il avait pu avoir au cours des années précédant leur rencontre. Elle lui avait permis de voir au-delà des lacs ensanglantés, des amas cadavériques qu'il laissait trainer autour de lui. Elle lui avait fait entendre qu'il pourrait être autre chose que le monstre qu'on avait fait de lui, encore peu consciente qu'une part de lui l'avait bien voulu aussi. C'est à tout ça qu'il avait songé, à son réveil dans les bras d'une autre. A tous ces détails-là qui, finalement, l'auront fait perdre toute raison, jusqu'à la dernière parcelle subsistant dans les tréfonds de son être. Et il aura agi bêtement, buvant davantage jusqu'à en perdre tout ressenti, cherchant à noyer la culpabilité, la douleur de sa perte, cette envie imparable de l'entendre, rien qu'une fois, qu'une seule fois. Parce que la mélodie, depuis tout ce temps, n'a pas cessé de se jouer dans sa tête. Que ce soit sa voix, son rire, tous ces haussements de ton souvent injustifiés. Il se souvient de tout et se laisse abattre par cela. Ce qu'il avait fait, jusqu'à ce que, lors de son retour du dernier bar dans lequel il s'était laissé échouer, sa vue ne se brouille, jusqu'à ce que la voiture ne s'encastre dans l'un des arbres de l'allée devant la petite maison. Et plus rien. Plus rien hormis quelques brides de souvenirs lors de son inconscience. Plus rien hormis l'obscurité réparatrice d'un choc nécessaire. Elijah s'est éteint, bien que quelques heures seulement ; lui qui en aurait voulu davantage. Quelques rayons flamboyants se sont invités sous son regard, la promesse d'un petit temps encore à survivre malgré les maux. Et le visage d'un homme qu'il avait presque oublié. Son frère, là, planté devant lui à essayer de le ramener parmi les vivants après une sieste trop longue selon lui. Elijah s'est laissé prendre au jeu, revenant doucement à la surface de ses eaux troubles. Doucement, oui, mais surement en tout cas. La leçon fut rude mais bienfaitrice ; au moins pour lui. Ce qu'on n'hésite pas à lui sous-entendre avant que cette autre présence ne s'éloigne, avant qu'elle ne disparaisse à son tour pour un petit temps, ne lui laissant que le plaisir de pouvoir flirter avec un calme retrouvé. Elijah aura réfléchit au cours de cette heure-là, il se sera perdu dans des réflexions parfois claires, parfois bien moins évidentes. Jusqu'à ce que le courage ne lui revienne, jusqu'à ce qu'il ne décide de se reprendre ; au moins légèrement. Aussi, il s'était armé de courage pour se relever, pour se risquer à aller faire un tour malgré son état pitoyable bien que pas trop grave. Il avait choisi d'aller se perdre avec lui-même dans la forêt alentour, en quête d'un nouveau but, en quête d'un peu de courage pour tenter de vivre sans elle. Parce qu'il sait, dans le fond, qu'il ne le peut pas. Parce qu'il sait qu'il n'avait été que la raison de tout le mal qu'elle avait eu à endurer. Elijah n'a jamais été bon pour Elle, et si cette idée n'avait jamais quitté son esprit, il avait choisi – par le passé – d'essayer de contredire cette évidence. Fait qu'il remettait désormais en question, fait qu'il choisissait d'enterrer dans un recoin de sa tête parce qu'il ne sera jamais assez bien pour Elle ; pas même malgré la volonté qu'il aurait pu y mettre. Et c'est avec cette vérité-là qu'il est rentré, qu'il s'est réfugié entre les murs d'une demeure rassurante... ou presque.

Parce qu'il avait entendu ses fantômes revenir, parce qu'il avait senti leur présence tout près de lui. Assez pour les imaginer là, matérialisés dans la pièce à côté. Assez pour avoir cette impression qu'à nouveau, le monde bascule. Il croit tomber, chuter une nouvelle fois vers les limbes de sa douleur à nouveau pleinement vivace. Elle s'infiltre, elle vient creuser le trou béant caractérisant désormais sa poitrine. Et il s'en délecterait presque si le fantôme tout juste apparu n'avait pas été celui de celle qu'il s'était surpris à aimer malgré son cœur associable. Aussi, il avait froncé les sourcils et il s'était risqué vers la source de ses maux. Il avait choisi de traverser la pièce pour venir se montrer dans l'encadrement de la porte, spectre détérioré par le temps et l'abandon pourtant voulu de sa part. Il se risque à ses yeux, à sa présence bien réelle, là-bas, aux côtés de son grand-père. Et il avait senti son cœur s'arrêter, l'espace de quelques secondes, d'une minute même, probablement. Elijah a perdu tout équilibre, toute retenue, toute neutralité pour ne succomber qu'à sa tristesse et aux sentiments qu'il avait essayé d’évincer avant qu'elle ne revienne dans sa vie. Amas cruel d'une passion délaissée. Elle est là, pleine et entière, le regard tournant aussi dans sa direction avant qu'elle ne cède à un commandement qui lui échappe. Parce qu'elle s'était jetée dans ses bras, parce qu'elle avait choisi de retrouver la chaleur perdue de ceux-ci dans l'espoir d'y retrouver l'étincelle précieuse qu'ils avaient fait survivre après avoir compris qu'ils ne pourraient pas vivre l'un sans l'autre. Qu'ils ne le pourraient plus désormais, pas même qu'un petit temps. Et il lui avait fallu un petit temps pour se remettre de ses émotions, pour comprendre qu'elle n'est pas revenue seule mais bien accompagnée. Accompagnée par deux petits êtres, lui avait-elle dit, issue d'un amour qu'il n'aurait pas dû fuir, pas même en craignant de le détériorer parce qu'il n'aurait pas pu le faire ; pas même à l'aide de tous les maux du monde. Parce qu'elle l'aime. C'est ce qu'elle lui avait fait entendre, plus d'une fois. L'existence de sentiments qu'il ne pensait néanmoins pas aussi forts, pas aussi déterminés à son encontre. Aussi, par la suite, Elijah avait dû se faire à cette idée, au cadeau qu'on venait déposer dans ses bras : une famille. Un présent qu'il ne pensait plus possible pour lui, pas au vu de la noirceur qui le compose depuis tant d'années. Mais il lui aura fallu s'y faire, au fur et à mesure, petit à petit, à chaque jour qui s'écoulait tandis qu'ils restaient là, loin de la pénombre New-yorkaise, loin des péripéties de la Grosse Pomme. Loin des tracas et des risques, loin de tout ce qui aurait pu le faire tomber sans trop d'efforts. Ce qu'ils rejoindront tout de même, quelques mois ensuite, à l'approche de noël et des derniers mois de grossesse de Jade. Elijah avait tenu au meilleur pour la jeune femme, il avait voulu s'assurer qu'elle ne manquerait de rien dès lors la naissance des jumeaux. Alors il avait mis sa paranoïa de côté pour s'occuper d'elle, pour lui offrir de bonnes conditions et un retour à la normale, ou presque. Mais les choses ne se passent que rarement comme on le prévoit et c'est ce qu'il a fini par comprendre. Parce que l'étau s'est resserré, chaque seconde un peu plus, autour de son cou, autour de ses poignets aussi ; surtout. Elijah a compris que flirter avec les ombres ne suffirait pas. Plus maintenant. Alors il a dû fuir. Fuir aussi loin qu'humainement possible. Il a dû envisager une toute autre avancée pour sa famille, pour ces âmes qu'il se doit de protéger et d'assurer quant à l'avenir qui les attend ; qu'il soit en sa compagnie ou pas. Mais le choix ne leur revient pas. Il n'aura fallu qu'une semaine à Elijah pour rassembler leur affaire, pour trouver de nouveaux passeports, pour se frayer un chemin jusqu'à de nouvelles contrées, familières sans trop l'être. L'Irlande. Un nouveau départ, une possibilité de renouveau quant à un passé bien trop chargé. Un horizon verdâtre, bien qu'assez gris, qui s'ouvre devant lui, devant eux. Et s'il pensait pouvoir y fuir seul, c'est la première preuve de son humanité qui se sera liée au voyage, proposant la destination des pas entrepris, les guidant vers une nouvelle base des plus stables par la même occasion. Jasper, rescapé de la folie du mercenaire lors de leur première rencontre, s'était fait guide en plus de pilier pour la fuite des Haynes. Il leur avait dit où partir et, contrairement à ce qui aurait dû se faire, Elijah avait choisi de l'écouter, de suivre les conseils donnés. Il s'était dirigé vers cette petite ville-là, vers ces terres-là, en quête d'un nouveau monde à construire ; au moins pour eux. Ce qu'il avait choisi de faire, le plus rapidement possible, se démenant pour une maison dans laquelle vivre le plus paisiblement possible, bataillant pour la location d'un bar qu'il s'est approprié au fil des mois déjà passés. L'argent sale de ses contrats à New-York, les économies d'un père désireux de l'aider à trouver un nouvel havre de paix. Elijah avait largement eu de quoi se reconstruire, ce qu'il continue de faire. Désormais propriétaire du pub, propriétaire de la maison qu'ils se sont trouvés, père dévoué bien que névrosé silencieux. Il lui faut tout canaliser, tout garder pour lui. Se taire sur un passé tortionnaire, se taire sur la folie qui – pourtant – continue de bouillonner au fond de lui malgré la nécessité de suivre une route désormais normale. Étincelle enragée tapie au cœur des prunelles du mercenaire.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Saíréann Ahearn
fondatricehello from the other side
○ messages : 595
○ inscription : 07/01/2016

MessageSujet: Re: E. Haynes ▬ forget the horror here. Jeu 28 Jan - 23:02

bienvenue mister I love you bon courage pour ta fiche

_________________

we're broken, you and I.
she's broken and she doesn't know how to fix herself. but she wonders if he's willing to take the broken pieces of her and hold them in his hands. she wonders if it's enough. she just has to trust that he’ll stay there, that he’ll take the fragile pieces and guard them. byfantasy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Elijah Haynes
membrehello from the other side
○ messages : 30
○ inscription : 28/01/2016

MessageSujet: Re: E. Haynes ▬ forget the horror here. Jeu 28 Jan - 23:21

Merci beaucoup ! I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kelaan Ahearn
fondateurhello from the other side
○ messages : 311
○ inscription : 17/01/2016

MessageSujet: Re: E. Haynes ▬ forget the horror here. Ven 29 Jan - 4:20

Bienvenue et bonne chance pour ta fiche
Tu as une bien jolie plume I love you

_________________

hello from the other side
Hello, it's me. i was wondering if after all these years you'd like to meet, to go over everything. they say that time's supposed to heal but I ain't done much healing. hello, can you hear me? i'm in California dreaming about who we used to be. byfantasy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sassy Cavanagh
membrehello from the other side
○ messages : 44
○ inscription : 23/01/2016

MessageSujet: Re: E. Haynes ▬ forget the horror here. Ven 29 Jan - 15:02

le choix de célébrité, le personnage, ta plume, je suis en admiration. bien hâte de découvrir le reste de ta fiche, y'aurait peut-être moyen de se trouver un lien sympa. bienvenue, aussi. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Siobhàn Gogarty
membrehello from the other side
○ messages : 646
○ inscription : 25/01/2016

MessageSujet: Re: E. Haynes ▬ forget the horror here. Ven 29 Jan - 18:23

Bienvenue par ici! Tu sais ce que je pense de ton choix d'avatar je crois

Bon courage pour finir ta fiche I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Elijah Haynes
membrehello from the other side
○ messages : 30
○ inscription : 28/01/2016

MessageSujet: Re: E. Haynes ▬ forget the horror here. Ven 29 Jan - 21:07

Merci vous tous, vous êtes des amours.
Logiquement, je devrai terminer cette fiche dans la nuit. ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Jasper Dolan
membrehello from the other side
○ messages : 270
○ inscription : 28/01/2016

MessageSujet: Re: E. Haynes ▬ forget the horror here. Lun 1 Fév - 12:25

LIJOUH DE MON COEUR Je suis contente qu'on se retrouve par ici. La colocation risque d'être compliquée mais on y arrivera (ou pas XD )
J'ai hâte de lire la suite de ta fiche ma biche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Hilda Thewlis
membrehello from the other side
○ messages : 137
○ inscription : 23/01/2016

MessageSujet: Re: E. Haynes ▬ forget the horror here. Jeu 4 Fév - 9:52

Bienvenue. J'aime tellement Andrew.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kelaan Ahearn
fondateurhello from the other side
○ messages : 311
○ inscription : 17/01/2016

MessageSujet: Re: E. Haynes ▬ forget the horror here. Jeu 4 Fév - 12:38

Est-ce que tu as besoin d'un délai pour ta fiche? I love you

_________________

hello from the other side
Hello, it's me. i was wondering if after all these years you'd like to meet, to go over everything. they say that time's supposed to heal but I ain't done much healing. hello, can you hear me? i'm in California dreaming about who we used to be. byfantasy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Elijah Haynes
membrehello from the other side
○ messages : 30
○ inscription : 28/01/2016

MessageSujet: Re: E. Haynes ▬ forget the horror here. Jeu 4 Fév - 20:21

Hey, je viens seulement de voir le message... J'étais au taff. ->
Et oui, j'aimerai, ayant bientôt terminé mon histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Erwan Taggart
membrehello from the other side
○ messages : 260
○ inscription : 11/01/2016

MessageSujet: Re: E. Haynes ▬ forget the horror here. Dim 7 Fév - 18:12

bravo, tu es maintenant validé


ta fiche a été très agréable à lire. Je ta valide avec plaisir. Il me semble pas t'avoir souhaité la bienvenue.

Félicitations, tu peux maintenant participer à la vie du forum, mais pour ça, il y a quelques petits points à bien savoir et à faire.
○ tu peux terminer de remplir correctement ton profil, n'oublie pas de mettre le crédit de ton avatar, bazzart n'est pas un crédit.
○ tu dois recenser ton avatar dans le bottin pour ne pas qu'une autre personne ne vienne avec ta tête.
○ tu dois aussi recenser ton métier.
○ tu peux poster une fiche de lien pour te trouver des amis avec qui rp, c'est toujours utile.
○ si tu es un personnage de la liste des enlèvements, il ne faut pas oublier de te recenser aussi.
○ Des fiches rps et des signatures ont été mises à ta disposition juste ici lorsque tu seras prêt à rp.
○ surtout, have fun et il faut rester prudent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: E. Haynes ▬ forget the horror here.

Revenir en haut Aller en bas

E. Haynes ▬ forget the horror here.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Louis (Lewis) Morissey et Élise (Dion) + F-X Forget
» Forget, Abbé Albert
» Clip controversé " Can't remember to Forget you "
» MAC x Rocky Horror Picture Show Collection (Automne 2014)
» The rocky horror pictures show

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHERE HAVE YOU BEEN :: ARRIVEE :: HELLO, IT'S ME :: BIENVENUE À YOUGHAL-