AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

(Dorian) Mistral Gagnant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Dorian Fitz
membrehello from the other side
○ messages : 45
○ inscription : 28/01/2016

MessageSujet: (Dorian) Mistral Gagnant Ven 29 Jan - 0:05

Dorian Fitz


Tout a changé. J'ai changé.
nom : Fitz. Célèbre famille pour ses hommes faisant parti des forces de l'ordre. Famille brisée par la disparition du fils ainé à ses 16 ans, en 1995.
prénom : Dorian.
âge : 36 ans. 16 comme n'importe quel gosse. 20 comme personne n'aimerait vivre.
date et lieu de naissance : Youghal, Irlande, un 16 novembre.
vos origines : Irlandaises.
métier : Comme s'il pouvait en avoir un ? Se reconstruire à la sortie de sa geôle, des tortures, c'est déjà bien assez. Aucun, parasite à temps plein.
orientation sexuelle : Hétérosexuel, qu'il croit. C'est auprès des corps féminins qu'il est allé se satisfaire, en tout cas.
statut matrimonial : Parce que vous croyez qu'il en a un ? 20 ans enfermé sans avoir commis le moindre crime le justifiant. A servir de denrée morbide pour un fou testant, expérimentant. Le corps brisé, brimé, fardé des séquelles qu'il n'arrive pas à avouer. La peur du contact de l'autre, de son toucher trop doux. Dorian est seul. Célibataire.
côté financier : A la charge de sa famille. Disons qu'il est dans la moyenne, du coup.
les crédits : Mad Hattress.
   

un peu plus sur toi
5 mots dans un ciel carmin, sillons tracés à la vie arrachée.

Le premier mot : Instable. Dorian, du temps de son enfance et de son adolescence, c'était un bon gamin, aussi accro aux forces de l'ordre que le restant de sa famille. C'était dans les gènes, inscrit au plus profond de son être, un jour, lui aussi serait l'un de ces représentants. La justice qui pulsait jusque dans la moindre de ses veines, la maîtrise de lui qui se démontrait jusque sur le terrain de sport. Tout a brûlé, s'est consumé au gré de la captivité. Il perd le contrôle après avoir été tellement usé par le psychopathe. Le corps mutilé qui reflète un passé oppressant. Drogué, manipulé, maltraité, malmené, maîtrisé. La colère le ronge. Ombre d'un vestige. Dorian vacille d'un sentiment à un autre en une fraction de seconde, le laissant être quelqu'un d'imprévisible. Et ses mains peuvent être aussi douces que brutales. Le second mot : Aphenphosmophobe. Nom barbare pour décrire la peur d'être touché, de ce contact qu'il a appris à détester auprès du fou. Il a, à son contact, appris à détester la douceur, car le monstre l'était, barbare venant pourtant labourer son corps et son âme de ses expériences. Comme pour amadouer l'animal, le rendre docile, mais il ne reste de ce temps pas si vieux, que cette peur du contact provoqué par un autre. Le sien, il le gère plutôt bien. Il gère même encore mieux lorsque tout est fardé de violence. Mais la douceur... quel que soit sa forme, provoque en lui une angoisse qui fait ressurgir un rejet, une marque de rancœur. Le troisième mot : Autodestructeur. Son comportement relève du masochisme moral selon Freud, social selon les psys d'aujourd'hui. Il y a pris goût, à la douleur, à l'errance des psychotropes. Les scarifications qu'il glisse à même sa chair, automutilation nécessaire à l'âme nécrosée qu'il est, et à défaut les poings viennent chercher un autre visage pour inciter l'autre à percuter le sien. La cigarette qu'il porte au bec, vestige d'un passé brumeux qui le noie encore. Cigarettes parfois trop chargées, faites maison. Le quatrième mot est : Compositeur. Il est presque devenu fou dans sa prison, Dorian. C'était lui, le joueur d'échec de Stefan Zweig, version remastérisée, moderne, du personnage fictif. Car le gosse qui se destinait comme son père et son grand père avant lui à une carrière dans les forces de l'ordre, crevait d'une passion parallèle pour la musique. Guitariste, pianiste. Enfermé dans sa tête, il en a composé des symphonies modernes, des chansons aussi sombres qu'elles décrocheraient les âmes. La voix rocailleuse, caressant de son venin les mélodies et les mots. Le talent nécrosé de l'associable. Le cinquième mot est : Perdu - Brisé. Décalé. Arraché à une époque, qui, reconnaissons-le, n'est plus vraiment la même. La technologie a fait un bond redoutable. Le monde a continué à tourner sans lui. Il est aujourd'hui perdu, il ne comprend plus le monde qui l'entoure. Il en regretterait presque sa geôle. Au moins, il regrette ce passé brisé, qui fait de lui aujourd'hui un type qui rejette la société, qui trouve plus aisément des repères dans la délinquance, les motards de passage, les routards égarés, les putes baisables qui disent rien quand on les attache. 

InstableAutodestructeur - Masochiste (scarification, bagarre, prise de risques) ▬ Aphenphosmophobe (peur d'être touché) ▬ ColériqueImpulsifViolentDrogué (drogue douce) ▬ FumeurCyniqueCompositeurMusicienPerduBriséTorturéNonchalantDistantProtecteurInventifFranc ▬ ... 
   
Depuis combien de temps es-tu à Youghal et que penses tu de cette ville ? ○ Toujours. C'est l'endroit où il est né. L'endroit où ses parents l'ont laissé grandir, lui et ses frères. Cette famille à laquelle il n'a plus vraiment l'impression d'appartenir. Qu'est-ce qu'ils comprendraient après tout ? Eux qui sont restés si proches de la loi quand Dorian ne parvient plus à avoir foi en elle. Les déviances sont trop profondes, tellement ancrées à même sa chair. Youghal. Il a gravé ce nom dans sa tête jour après jour, comme pour ne pas oublier d'où il venait, dans cette pièce dépourvue de fenêtre. Youghal. Il a changé le village, un peu, beaucoup, passionnément... 20 ans c'est long. Pourtant ça reste la ville de sa famille, des siens, de lui. Il ne se voit pas partir ailleurs... pour quel avenir ? Il n'y a que le passé.
   
Quelle est votre position vis à vis des enlèvements ayant eu lieu avant les années 2 000 ? Un rire. Il flottait. Crépitait sur ma peau. Je mis quelques secondes à me rendre compte que c'était le mien. Que ce rire s'extirpait de mes lèvres avec une nervosité pourrissante. Séquelles qu'ils disaient, les toubibs. Séquelles, que de ne pas reconnaître mon propre rire, parfois. Séquelles, parce que je fus l'un des premiers enlevés, passant 20 ans avec un fou, un détraqué. On peut dire que j'étais directement concerné par l'histoire, mais ça avancerait à quoi ? Alors je ris. Parce que c'est tout ce que j'avais envie de répondre à une question aussi conne. Parce que je n'arrivais pas à m'en empêcher.
   
Où est-ce que tu te vois dans le futur ? ○ Le futur ? Quel futur ? Il n'y en a pas vraiment, tout ce qui rôde dans son crâne, c'est le passé, celui qu'il rêverait d'avoir juste cauchemardé et se réveiller à ses 16 ans pour tout recommencer. Impossible. Chimère irréalisable. Alors il se contente de laisser le passé le ronger, les souvenirs l'étouffer, marquer ses gestes, pousser la lame à entailler la chair, la fumée à encrasser les poumons. Le futur est mort. La religion est morte. La loi est morte. Il a perdu la foi, il a perdu son âme, dans l'antre du monstre.
   
[X] passé simple [] indicatif présent  [] futur simple
   
derrière l'écran
ton pseudo : Syst. âge : Majeure dans chaque pays du monde depuis quelques années. pays : La belle France. fréquence de connexion : Tous les 2 jours. comment t'es arrivé ici ? : Une publicité. un commentaire ? : Ce forum... mais ce forum... et cette possibilité de jouer des esprits tellement brisés, j'adore     ton personnage : [] inventé [] scénario [X] pv
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Dorian Fitz
membrehello from the other side
○ messages : 45
○ inscription : 28/01/2016

MessageSujet: Re: (Dorian) Mistral Gagnant Ven 29 Jan - 0:05

votre histoire


Me, Myself & I.

   Un soupir qui s'échappait de ses lèvres, alors qu'il levait les yeux sur cette bâtisse. Vestige. Il sait que derrière ces murs se trouve ces êtres qui sont sa famille. Il a reconnu ce nom sur la boîte aux lettres. Celui qui s'était dissous dans les méandres de ces années perdues, diluées dans un temps divers. Longtemps il s'est égaré. Longtemps il s'est noyé dans les méandres de son esprit pour ne pas totalement devenir fou. Compositeur du silence. Les notes qui s’égrènent comme une compagnie tragique au creux de son âme écorchée. Celles qui trépassent de ses lèvres, se foutant de l'avis des autres. Les mots qui s'arrachent de gré, de force, parce que ça l'aide à ne pas sombrer. La peur qui campe dans les entrailles, qui les tortille, les torture. Le plaisir d'exister dans la douleur, seule solution pour se sentir encore vivant, pour ne pas perdre le nord. Il en avait presque apprécié les tortures du fou, puis de celles de son apprenti. Mais la limite n'a jamais été franchie. Pourtant, si le manque taciturne ne hante pas encore son être, elle finira par le faire, rongeant chaque parcelle de son être pourtant à nouveau libre. Foutaise. La liberté c'est pour les cons, ceux qui croient qu'il suffit de briser ses chaines pour l'être. Seulement, il ne faut pas oublier le passé, ce fourbe poison qui nécrose l'âme comme un poison, qui s'y accroche comme une mauvaise herbe à sa terre. La racine est profonde, tellement que l'on craint de ne jamais pouvoir l'arracher entièrement. Alors elle finit par repousser, inexorablement.

Un nouveau soupire qui venait s'extirper de ses lèvres, tandis qu'il se tient dans la rue, à scruter ces fenêtres éteintes. Le souffle se fait taciturne, venant à manquer à l'idée de frapper à cette porte depuis si longtemps oubliée. Les couleurs sont différentes. Ça a changé. Tout a changé. Lui a changé. La vie a continué. Le monde a poursuivi sa course. Pas lui. Prisonnier d'une pièce avec sept autres personnes. Les seuls dont il tolère le contact, le touché, parce qu'ils sont comme une extension de lui-même, eux aussi meurtris jusqu'à l'âme par leur bourreau. Même l'apprenti. Bordel, même l'apprenti. Celui qui les a libéré après avoir subi leur haine. Non, pas vraiment détesté. Dorian est un peu fou au fond, sûrement. Parce qu'il le voit comme cette main, la sienne, qui viendra meurtrir sa chair, et qui instinctivement le faisait déjà. Ses ongles grattaient son avant bras légèrement au dessus de son poignet sous la nervosité. La douleur l'aidait à se sentir mieux. Pourtant, ce n'était pas si violent, pas au sang, pas encore. Il restait simplement là, voyeur funeste au milieu de la nuit qui scrutait la bâtisse sans savoir quoi faire. Cela faisait 20 ans qu'il n'était plus là. 20 ans, c'est long. 20 ans, où on a pu le croire mort. 20 ans... et si son corps n'a plus 16 ans, son esprit a été tellement brisé qu'il n'est pas celui qu'il devrait être à ses 36 ans.

Il tentait de voir par une fenêtre, de regarder à l'intérieur, de voir si le désir de pénétrer le tenaillait au point qu'il le fasse. Un bruit d'arme à feu dans son dos. Juste le chien qui s'enclenchait pour prévenir. « Police ! Retournez-vous doucement et placez vos mains sur votre tête. » Ce qu'il faisait là ? Il n'en savait rien lui-même, alors il se retourna pour faire face à cet homme en uniforme à qui les voisins avaient signalé un rôdeur. Sûrement qu'ils pensaient qu'il était là pour tenter de dérober quelque chose. Peut-être un rapiat de journaliste. Peut-être un type qui n'a rien à faire dans les parages. Peut-être un taré. Peut-être un voleur à la recherche de quelques biens à dérober. Dorian n'avait pas l'air d'un être n'ayant aucun problème d'argent. Son être tout entier hurlait qu'il n'était qu'un délinquant en puissance, ses cheveux pas si sales, sa peau un peu quand même, ses vêtements ressemblant à des frusques. Non décidément, rien ne plaidait en sa faveur. Et s'il obtempéra, comme un chien trop bien dressé, plaçant ses mains sur le sommet de son crâne, ses iris fixant l'homme en uniforme qui tentait de l'arrêter, son poing partit, sans réfléchir, heurter sa mâchoire lorsqu'il vit les menottes. Combat inégale qui s'engageait, car s'il était en train de lui coller une raclée, ne parvenant à endormir la colère et la violence qui pulsaient sous sa chair, sous l'adrénaline, le souffle saccadé qui heurtait jusqu'à son âme égarée, la crosse d'une arme percuta l'arrière de son crâne, le laissant sombrer dans une certaine inconscience.

Il ne s'éveilla que plus tard, au commissariat, menotté, attaché à son siège. L'angoisse, une courte seconde, celle qui enserra son cœur d'avoir été rattrapé, ramené, déjà puni pour l'audace d'avoir fui. L'envie de hurler qui lui nécrosait les poumons, mais son regard nia cette possibilité. Il y avait des gens, des tas, en uniforme. Et l'un d'eux vint se poster devant lui pour le regarder dans les yeux, un éclat moqueur arquant ses lèvres. « Alors, tu te réveilles enfin la belle au bois dormant reconverti en boxeur. » Dorian papillonna des yeux, ne comprenant qu'à demi-mot la moquerie, mais cela ne le touchait pas vraiment, comme s'il était déconnecté. L'humour, bordel, ça ne fonctionnait pas. Plus. Comme un muscle trop rouillé qu'il faudrait décrasser. L'ironie par contre lui était particulièrement familière, et celle qui faisait qu'il était lié, presque à nouveau dans une prison, lui sautait aux yeux et lui arracha un sourire, ainsi qu'un rire jaune qui n'échappa pas au policier. « J'espère que tu regrettes ce que t'as fait, parce que ça va te coûter cher. » insiste le flic en s'asseyant sur sa chaise, en face de lui. Lui qui éclate de rire, tandis qu'il se laissait glisser sur la sienne, arborant une attitude nonchalante presque déplacée, presque frondeuse. Mais après tout, les flics et la taule ne pourraient pas lui faire pire. Il n'y a rien de pire. Rien. Il l'avait dit aux nouveaux, avec franchise : Derrière cette porte, c'est pire que tout ce que vous pourrez imaginer. Alors le reste lui semblait presque marrant. Mais il ne voulait pas se retrouver à nouveau dans un endroit trop étroit, il finirait complètement barge. S'il ne l'était pas déjà. « Content que ça te fasse rire. Et si tu me disais ton nom, un grand gaillard comme toi pas encore fiché... ça doit être une erreur. » Ou pas. Il voulait savoir son nom, cette identité entachée, qui n'était plus vraiment la sienne.

« Alors, ce nom ? ... Comme tu voudras... » « Dorian. » souffla-t-il ce prénom qu'il s'était répété en boucle, avec d'autres informations qu'il ne voulait surtout pas oublier. Il ne s'était repéré dans le temps que lorsque les nouveaux lui donnaient une date. Le temps passait. Le temps avalait tout. « Dorian ? Dorian quoi ? T'as bien un nom ! » « Fitz. Dorian Fitz. Je m'appelle comme ça. » Ou plutôt il croit. Non, il en est sûr. L'hésitation céda le pas à la certitude. Dorian Fitz, c'est son nom, le fou ne le lui a pas arraché, il n'y est pas parvenu. Il voyait le visage de l'autre, sentait son incrédulité qui marquait ses traits tandis qu'il scrutait le visage trop franc du kidnappé qu'il était. Il le sentit ce regard qui glissait sur son être, à ne pas vouloir y croire, pas totalement. Ces iris persistant à tenter de percevoir le moindre détail. Les marques dégagées par les vêtements. Cheveux coupés à la va vite. Il le vit brusquement s'emparer de son téléphone sans rien ajouter de plus... et quelques minutes plus tard, un homme se présentait à eux, un autre flic, un autre visage... mais un de son passé. Dorian plissa les yeux, cherchant dans son souvenir l'identité de ce type. « G.I. Joe ? » Il disait une connerie, et en même temps, c'était le seul nom qui lui était venu à l'esprit. Cette figurine que cet ami de son père lui avait offert quand il était plus jeune, avant d'être ado, avant... Il le vit pâlir brusquement à ce détail nécrophage, comme s'il voyait le visage du gamin d'autrefois, de cet ado oublié, arraché aux bras aimants de sa famille. Il fit un pas dans sa direction, bras tendus comme pour l'étreindre. « Dorian. C'est toi ! Bon sang, vraiment toi ! » Mais le flic s'immobilisa en le voyant se raidir sur son siège, s'y ratatiner presque pour se soustraire à la moindre accolade. L'angoisse perceptible. « Qu'est-ce qui t'es arrivé, gamin ? » Puis aux autres, face au silence de Dorian. « Détachez-le, et appelez l'inspecteur Fitz. Dites-lui qu'on a retrouvé son fils, qu'il nous retrouve à l'hôpital. »
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Saíréann Ahearn
fondatricehello from the other side
○ messages : 595
○ inscription : 07/01/2016

MessageSujet: Re: (Dorian) Mistral Gagnant Ven 29 Jan - 0:49

Bienvenue I love you bon courage pour ta fiche

_________________

we're broken, you and I.
she's broken and she doesn't know how to fix herself. but she wonders if he's willing to take the broken pieces of her and hold them in his hands. she wonders if it's enough. she just has to trust that he’ll stay there, that he’ll take the fragile pieces and guard them. byfantasy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kelaan Ahearn
fondateurhello from the other side
○ messages : 311
○ inscription : 17/01/2016

MessageSujet: Re: (Dorian) Mistral Gagnant Ven 29 Jan - 4:19

Bienvenue et bonne chance pour ta fiche

_________________

hello from the other side
Hello, it's me. i was wondering if after all these years you'd like to meet, to go over everything. they say that time's supposed to heal but I ain't done much healing. hello, can you hear me? i'm in California dreaming about who we used to be. byfantasy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sassy Cavanagh
membrehello from the other side
○ messages : 44
○ inscription : 23/01/2016

MessageSujet: Re: (Dorian) Mistral Gagnant Ven 29 Jan - 15:18

dorian, il est magnifique ce prénom. hâte d'en découvrir davantage sur ton monsieur, bienvenue parmi nous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Dorian Fitz
membrehello from the other side
○ messages : 45
○ inscription : 28/01/2016

MessageSujet: Re: (Dorian) Mistral Gagnant Ven 29 Jan - 20:32

Merci beaucoup tout le monde
Il nous faudra des liens, comme mon Fitz est un enlevé aussi

Et Dorian... Dorian, depuis le portrait avec Barnes, j'en suis fan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Saíréann Ahearn
fondatricehello from the other side
○ messages : 595
○ inscription : 07/01/2016

MessageSujet: Re: (Dorian) Mistral Gagnant Sam 30 Jan - 11:16

bravo, tu es maintenant validé


il va nous falloir absoooolument un lien
j'ai beaucoup aimé ta façon de faire ton histoire et les retrouvailles.


Félicitations, tu peux maintenant participer à la vie du forum, mais pour ça, il y a quelques petits points à bien savoir et à faire.
○ tu peux terminer de remplir correctement ton profil, n'oublie pas de mettre le crédit de ton avatar, bazzart n'est pas un crédit.
○ tu dois recenser ton avatar dans le bottin pour ne pas qu'une autre personne ne vienne avec ta tête.
○ tu dois aussi recenser ton métier.
○ tu peux poster une fiche de lien pour te trouver des amis avec qui rp, c'est toujours utile.
○ si tu es un personnage de la liste des enlèvements, il ne faut pas oublier de te recenser aussi.
○ Des fiches rps et des signatures ont été mises à ta disposition juste ici lorsque tu seras prêt à rp.
○ surtout, have fun et il faut rester prudent.

_________________

we're broken, you and I.
she's broken and she doesn't know how to fix herself. but she wonders if he's willing to take the broken pieces of her and hold them in his hands. she wonders if it's enough. she just has to trust that he’ll stay there, that he’ll take the fragile pieces and guard them. byfantasy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Erwan Taggart
membrehello from the other side
○ messages : 260
○ inscription : 11/01/2016

MessageSujet: Re: (Dorian) Mistral Gagnant Sam 30 Jan - 16:48

Olalalalalala un enlevé + le prenom + l'avatar (Charlie oh mon dieu) Epouse moi sur le champs.
En tout cas bienvenue parmi nous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Dorian Fitz
membrehello from the other side
○ messages : 45
○ inscription : 28/01/2016

MessageSujet: Re: (Dorian) Mistral Gagnant Sam 30 Jan - 17:12

Merci Saíréann ! Et quand tu voudras pour le lien

On choisit la date demain si tu veux, Erwan
Merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (Dorian) Mistral Gagnant

Revenir en haut Aller en bas

(Dorian) Mistral Gagnant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» BPC Mistral, Tonnerre & Dixmude
» Sites de jeux pour s'amuser en gagnant des cadeaux
» Le grand gagnant est : SAVOYARD
» Frédéric Mistral
» Le gagnant du Loto se fait arnaquer 2 fois, et par un frigo...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHERE HAVE YOU BEEN :: ARRIVEE :: HELLO, IT'S ME :: BIENVENUE À YOUGHAL-