AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Waiting in lines||Jasper

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Siobhàn Gogarty
membrehello from the other side
○ messages : 646
○ inscription : 25/01/2016

MessageSujet: Waiting in lines||Jasper Lun 1 Fév - 22:58

Waiting in lines
Patience is not simply the ability to wait - it's how we behave while we're waiting.
Siobhàn n'a jamais été d'une patience d'ange. Hyperactive, toujours en mouvement, la jolie brune n'est pas du genre à rester en place. Un trait de caractère qui se confirme dans beaucoup d'aspects de sa vie. Même en amour, Siohbàn est instable, éternelle insatisfaite. Elle veut tout voir, tout tenter. Peut-être un jour se rendra-t-elle compte que ce qu'il lui a toujours fallut s'est toujours trouvé à portée de main, mais pour le moment, la tornade Gogarty ne semble pas sur le point de vouloir se calmer. Au contraire, ses nerfs semblent à présent sur le point de lâcher. Voilà près d'une heure qu'elle se trouve dans la file d'attente du service civil local à attendre qu'on veuille bien la recevoir pour qu'elle puisse enfin récupérer sa nouvelle carte d'identité, fraichement refaite à neuf. Lassée d'attendre, la fleuriste laisse échapper un soupir. Ses yeux parcourent la salle sans trouver de point d'ancrage. Elle s'ennuie à mourir, donnerait n'importe quoi pour être ailleurs. Il ne reste que quelques personnes devant elle, mais elle a l'impression de ne pas avoir avancé d'un pouce depuis au moins une demie heure. Elle passe la main dans ses cheveux, exécrée, quand son regard croise celui de l'un de ses compagnons d'infortune, un grand blond plutôt séduisant auquel elle ne saurait donner d'âge précis, si ce n'est qu'il est plus vieux qu'elle. Elle lui adresse un sourire compatissant et son regard fuit à nouveau à la recherche d'un peu de lecture. Pour la centième fois de la journée, elle relis la même affiche de sécurité informant des risques de transmission de la maladie Ebola placardée un peu partout dans les bâtiments municipaux. Nouveau soupir. Un coup d'oeil à sa montre lui fait savoir que seulement trois minutes se sont écoulées depuis la dernière fois qu'elle a regardé l'heure. Elle se mettrait presque à chouiner si elle avait encore l'âge de le faire. Courbaturée par toute cette attente passée debout à piétiner, elle étire son cou vers l'arrière et en profite également pour étirer ses bras au dessus d'elle. Son regard croise à nouveau celui du grand blond à côté d'elle auquel elle finit par adresser la parole: "Vous savez que dans certains pays les gens laissent leurs chaussures en ligne et vont s'asseoir en attendant leur tour...? Les plus civilisés utilisent des tickets pour définir l'ordre de passage... Mais à Youghal on est encore à l'âge de pierre... Ils taperaient sur des machines à écrire que ça m'étonnerait pas vu le temps qu'ils prennent..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Jasper Dolan
membrehello from the other side
○ messages : 270
○ inscription : 28/01/2016

MessageSujet: Re: Waiting in lines||Jasper Mar 2 Fév - 13:06

waiting in lines
patience is not simply the ability to wait - it's how we behave while we're waiting.
Je sens que la matinée va être longue. C’est toujours le cas lorsque l’on a des démarches administratives à honorer et, étant donnée la quantité de sujets que j’ai à traiter aujourd’hui, je suis certain de perdre ma matinée en ville. Voire mon début d’après-midi puisque les administration ne sont généralement pas très flexibles sur leurs horaires et tiennent à leur pause déjeuné. D’autant qu’il y a fort à parier que, malgré mes efforts pour ne rien oublier, je sois passé à côté d’un document quelconque à présenter absolument. N’est-ce pas toujours comme ça de toute façon ? Heureusement, je suis parvenu à convaincre Jade de me garder Merrin, sans quoi j’aurai une petite fille de sept mois sur les bras en ce moment. Et si je ne suis pas franchement un modèle de patience, ma puce, elle, n’en a absolument aucune. Elle tient de sa mère de ce côté-là… Encore que, si la petite s’était mise à hurler à plein poumon : peut-être que les habitants dans la queue m’auraient proposé de passer en priorité pour ne plus avoir à l’entendre ? Peut-être que ma stratégie de la confier au bon soin de ma colocataire n’était pas la meilleure qui soit finalement…
C’est à ça que je pense lorsque mon regard croise celui d’une brunette qui prend, tout comme moi, son mal en patience. Elle a l’air un peu moins douée que moi à ce petit jeu là cependant et parait ne pas être capable de rester en place. Depuis tout à l’heure, je la vois en effet du coin de l’œil triturer ses cheveux nerveusement, jeter des coups d’œil à sa montre puis son téléphone portable, fouiner sans donner l’impression d’avoir de but précis dans son sac à main et promener son regard dans la pièce… Elle cherche vraisemblablement à s’occuper l’esprit mais ce n’est pas très efficace. Je lui rends le sourire entendu qu’elle m’adresse, puis détourne le regard pour jeter un énième coup d’œil sur le dossier que j’ai en mains et espère complet. Je savais qu’ouvrir un pub avec Elijah ne serait pas une promenade de santé, mais je n’imaginais pas que nous aurions autant de paperasse à remplir. Jade a mis la main à la pâte pour nous aider un peu avec toutes les démarches, mais ça reste un véritable parcours du combattant entre les visas, les documents relatifs à la vente d’alcool, de nourriture, à al location du bâtiment, et tout le reste.  

Je relève la tête après quelques instants et, remarquant encore du mouvement du côté de l’impatiente brunette, je porte mon regard vers elle. Elle interprète apparemment mon regard comme une invitation à me faire la conversation puisqu’elle décide de rompre à voix basse le silence monotone qui règne dans le hall.  « Vous savez que dans certains pays les gens laissent leurs chaussures en ligne et vont s'asseoir en attendant leur tour...? Les plus civilisés utilisent des tickets pour définir l'ordre de passage... Mais à Youghal on est encore à l'âge de pierre... Ils taperaient sur des machines à écrire que ça m'étonnerait pas vu le temps qu'ils prennent... »
Sa remarque m’amuse et je laisse un sourire étirer mes lèvres avant de lui répondre.
« J’ai entendu parlé de ces pratiques, oui. Ceci dit, ce n’est pas moi qui blâmerait qui que ce soit de prendre son temps face à un poste informatique puisque je suis complètement paumé devant un écran. »
C’est la pure et lamentable vérité. Lorsque j’étais adolescent et vivait encore chez mes parents à Dix Hills, nous avions investi dans un ordinateur et je ne me débrouillais pas trop mal dessus, même si je préférais largement passer mon après-midi dans les bois entourant notre propriété plutôt que devant un écran. Et puis il y avait eu ce JEUDI et j’avais aménagé chez mes grands-parents qui n’étaient pas équipés. Après ça, j’avais dû voler de mes propres ailes, m’assumer financièrement et n’avais pas jugé utile de dépenser mes économies dans ce genre d’appareil. Après ça, je n’en avais jamais ressenti le besoin et quinze ans s’étaient écoulés…
« Vous avez vu la bande annonce du prochain Disney ? Celle avec les animaux ? Bon eh bien disons que je suis aussi rapide que les paresseux. Ça doit être leur cas aussi » je plaisante en désignant l’avant de la queue d’un geste du menton, affichant toujours un petit sourire décontracté. « J’espère qu’on ne ressortira pas de là à la nuit tombée en tout cas » j’ajoute pour faire encore une fois référence au film que j’ai évoqué juste avant.        

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Siobhàn Gogarty
membrehello from the other side
○ messages : 646
○ inscription : 25/01/2016

MessageSujet: Re: Waiting in lines||Jasper Mer 3 Fév - 17:47

Waiting in lines
Patience is not simply the ability to wait - it's how we behave while we're waiting.
Le sourire qu'affiche son compagnon d'infortune rassure Siobhàn. Malgré les sourires polis qu'ils se sont échangés, la jolie brune a craint l'espace d'un instant qu'il ne lui réponde pas. Après tout, ils ne se connaissent pas! Une chance qu'il soit lui aussi enclin à discuter, le temps leur paraitra probablement moins long ainsi même si l'organisation au sein des services municipaux de Youghal laisse clairement à désirer. C'est d'ailleurs ce qu'elle fait remarquer à l'homme auquel elle s'adresse. Attendre lui aurait sans doute paru moins pénible si elle avait pu s'asseoir sur une chaise le temps que son numéro soit appelé à un guichet... « J’ai entendu parler de ces pratiques, oui. Ceci dit, ce n’est pas moi qui blâmerait qui que ce soit de prendre son temps face à un poste informatique puisque je suis complètement paumé devant un écran. ». Sio lui adresse un regard dubitatif. A première vue, il n'a pas l'air si vieux. Elle aurait comprit qu'une personne âgée ne soit pas en mesure de se servir d'un ordinateur correctement, mais il a tout l'air sauf âgé...«Je pense pas que vous puissiez faire pire qu'eux honnêtement...»
Elle lui adresse un nouveau sourire et l'écoute tandis qu'il reprend la parole. Son accent n'a rien de commun, il n'est probablement pas du coin...« Vous avez vu la bande annonce du prochain Disney ? Celle avec les animaux ? Bon eh bien disons que je suis aussi rapide que les paresseux. Ça doit être leur cas aussi » La jolie brune hoche la tête positivement tout en laissant échapper un léger rire amusé. Elle a effectivement vu cette bande annonce. Elle se rappelle même l'avoir montrée à Eoghan en lui faisant promettre d'aller le voir ensemble. Un Disney est le genre de film que l'on ne rate sous aucun prétexte, quel que sois notre âge. «J'imagine qu'un petit malin a du raconter une sacrée blague à mon guichetier vu le temps que met cette queue à avancer. J'ai l'impression de ne pas avoir bougé d'un pouce depuis que je suis arrivée...» « J’espère qu’on ne ressortira pas de là à la nuit tombée en tout cas » Un nouveau sourire se dessine sur les lèvres de la brune. Elle aussi espère en avoir fini rapidement. Elle a beau avoir prit une journée de congé pour venir ici, elle n'as pas non plus envie d'y rester absolument toute la journée. «Je crois que c'est bien partit pour malheureusement...» Elle soupire sans grande discrétion et la vieille dame devant elle se retourne légèrement dans sa direction pour lui lancer un regard réprobateur auquel la jeune femme répond par un sourire forcé qui se transforme très vite en grimace lorsque la retraitée lui tourne à nouveau le dos. Elle adresse alors un sourire au grand blond tout en levant les yeux au ciel et finit par lui tendre une main amicale. «Au fait, je m'appelle Siobhàn.» Ils se serrent la main et la brune se permet une nouvelle question, piquée dans sa curiosité par l'accent de cet homme qu'elle ne reconnait pas. « Vous venez d'où? Si ce n'est pas trop indiscret... » Bien sur que ça l'est, mais Siobhàn n'est pas le genre de fille à s'embêter avec les convenances.«L'accent... »Ajoute-t-elle avec un petit sourire pour expliquer sa question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Jasper Dolan
membrehello from the other side
○ messages : 270
○ inscription : 28/01/2016

MessageSujet: Re: Waiting in lines||Jasper Mer 3 Fév - 20:29

waiting in lines
patience is not simply the ability to wait - it's how we behave while we're waiting.
« Je pense pas que vous puissiez faire pire qu'eux honnêtement... »
J’ai un tas d’exemple de situation en tête pour la détromper, mais je préfère me taire. Sans doute par simple fierté, je sais bien que ne pas maitriser l’outil informatique à notre époque fait de moi un type complètement vieux jeu et ça n’a rien de bien flatteur. Mais les faits sont là. A la caserne où je travaillais jusqu’à il y a quelques mois encore, j’étais le seul pompier à rédiger tous ses rapports d’intervention sur papier. J’allais ensuite les déposer à Moïra, l’une des secrétaires avec qui j’avais passé un deal et qui avait l’amabilité de retranscrire mes notes sur ordinateur. Ma part du marché consistait simplement à lui tenir compagnie durant le temps qu’il lui fallait pour taper tout ça.
Me gardant donc d’évoquer ce détail (ou de lui parler du temps qu’il me faut pour rédiger un simple SMS), je préfère enchainer avec une petite touche d’humour, histoire de laisser placer le doute. Ai-je simplement cherché à la dérider ou suis-je réellement un gros naze qui ne sait pas vivre avec son temps ? Je lui donnerais la réponse si elle insiste un peu mais pour le moment, je joue la carte du mystère.

« J'imagine qu'un petit malin a du raconter une sacrée blague à mon guichetier vu le temps que met cette queue à avancer. J'ai l'impression de ne pas avoir bougé d'un pouce depuis que je suis arrivée... »
Ne pouvant m’empêcher de visualiser la scène à laquelle je viens moi-même de faire référence, je m’autorise à laisser échapper un petit rire face à sa remarque. Je sens qu’une fois mon tour venu, j’aurai bien du mal à garder mon sérieux face au guichetier…
Cependant, lorsque nous en venons à évoquer la possibilité de perdre notre journée complète dans les locaux, elle et moi perdons un peu notre envie de nous amuser. La jeune femme pousse d’ailleurs un lourd soupir de contrariété, qui attire l’attention de la sexagénaire devant elle. La dame lui adresse un coup d’œil dédaigneux et je ne peux retenir un nouveau sourire en suivant du regard la réaction de mon interlocutrice.
 
« Au fait, je m'appelle Siobhàn » se présente-t-elle finalement, tendant une main vers moi.
Je m’empresse de la lui saisir, glissant au préalable ma pochette pleine à craquer de documents administratifs sous mon bras gauche pour ne rien laisser échapper durant notre poignée de main.
« Jasper Dolan. Enchanté » je lui réponds, sans me dépeindre de mon sourire avenant. Peut-être que mon nom lui sera familier. Quelques Dolan habitent dans le coin après tout et le monde a tendance à être du genre petit.
« Vous venez d'où ? Si ce n'est pas trop indiscret... L’accent » me précise la brunette, alors que je m’apprêtais justement à lui lancer quelque chose comme : c’est l’accent qui m’a trahi, hein ?
« Évidemment. Et ne vous en faites pas, ce n’est pas indiscret. J’ai pris l’habitude de répondre à cette question depuis mon arrivée » je la rassure avant d’entrer dans le vif du sujet. « Je viens de New York. Un véritable Yankees, amateur de baseball. Pas un pur souche cela dit puisque ma mère est originaire de Youghal. Il paraît que j’avais son accent quand j’étais petit mais j’ai tout perdu en grandissant. »
Logique puisqu’après mes dix-sept ans, je n’avais plus été en mesure d’entendre la voix de mon irlandaise de mère…
« Et vous, vous avez toujours vécu ici ou…? »
Je laisse volontairement ma question en suspens, espérant que de son côté, elle ne me trouve pas indiscret. C'est elle qui m'a abordé mais je ne peux pas m'empêcher de garder dans un coin de ma tête qu'elle semble très jeune. La dernière chose dont j'ai besoin, c'est qu'on m'accuse de quelque chose de malsain deux mois à peine après mon arrivée en ville.      
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Siobhàn Gogarty
membrehello from the other side
○ messages : 646
○ inscription : 25/01/2016

MessageSujet: Re: Waiting in lines||Jasper Ven 5 Fév - 13:47

Waiting in lines
Patience is not simply the ability to wait - it's how we behave while we're waiting.
Attendre n'a jamais été le fort de Siobhàn, mais maintenant qu'elle a entamé cette discussion avec cet homme, la jolie brune redoute moins le temps qui passe, le temps perdu. Elle se demande pourquoi l'idée de l'aborder ne lui est pas venue plus tôt. Elle n'est pourtant pas du genre à s'embarrasser des convenances en temps normal, et la timidité n'a jamais été l'un de ses principaux traits de caractère... Elle finit par se présenter à l'inconnu et lui serre énergiquement la main alors qu'il se présente à son tour tout en essayant de ne pas faire tomber les documents qu'il tient à la main.« Jasper Dolan. Enchanté » Dolan, ce nom ne lui semble pas inconnu, et pourtant, il semble tout à fait étranger à la ville. Son accent n'a rien d'Irlandais, encore moins anglais, ce qui s'explique par le fait qu'il soit tout bonnement américain. « Évidemment. Et ne vous en faites pas, ce n’est pas indiscret. J’ai pris l’habitude de répondre à cette question depuis mon arrivée.Je viens de New York. Un véritable Yankees, amateur de baseball. Pas un pur souche cela dit puisque ma mère est originaire de Youghal. Il paraît que j’avais son accent quand j’étais petit mais j’ai tout perdu en grandissant. » Le fait que sa mère soit née à Youghal explique aussi cette sensation de déjà vu. Effectivement, certain Dolan vivent encore en ville, qu'elle connait de vue ou de réputation. Il est le premier auquel elle adresse réellement la parole. Il lui semble sympatique.
« Et vous, vous avez toujours vécu ici ou…? » Peut-être un peu trop révérencieux...«Oui, je suis née à Youghal et je mourrais probablement à Youghal... Même si j'espère bien voir du pays avant...» Elle lui adresse un sourire et reprend rapidement la parole: «Est-ce que ça t'ennuies si on se tutoies? Tout le monde n'est pas aussi vieux...» Souffle-t-elle en lançant un regard entendu en direction de la vieille femme devant elle qui semble toujours tendre l'oreille afin d'écouter leur conversation. Nouveau sourire malicieux. La queue avance un peu et Siobhàn fait un pas en avant, un minuscule pas qui l'agace plus qu'il ne la réjouit. A cette allure, ils sortiront peut-être de là demain. Elle lève les yeux au ciel et reporte son attention sur Jasper. «T'es là pour quoi en fait? T'as l'air d'avoir un sacré bazar dans cette pochette...»Fait-elle remarquer en indiquant la pochette qu'il a sous le bras d'un signe de tête. C'est Siobhàn, elle est curieuse de tout, impolie à souhait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Jasper Dolan
membrehello from the other side
○ messages : 270
○ inscription : 28/01/2016

MessageSujet: Re: Waiting in lines||Jasper Sam 6 Fév - 9:14

waiting in lines
patience is not simply the ability to wait - it's how we behave while we're waiting.
La jeune femme m’apprend qu’elle a toujours vécu à Youghal et y mourra très certainement. Cette précision m’arrache un sourire, alors que je repense à mes jeunes années.
Je nourrissais la même crainte en grandissant à Dix Hills : celle de ne jamais être en mesure d’en partir. J’étais partagé entre l’envie quasi irrépressible de mettre les voiles au plus vite, de voir autre chose, de faire mes expériences et la peur de ne pas en être capable. Parce que mine de rien, ce genre de coin, vous vous y attachez… Et même si vous pouvez dressé une liste longue comme le bras de choses qui vous déplaise, ce sont des choses familières, rassurantes. C’est sécurisant de savoir qui est un connard et qui peut vous ramener chez vous une fois la nuit tombée, de savoir dans quelle épicerie on vous fera crédit et dans laquelle on vous lorgnera comme si vous étiez un sale voleur alors même que vous n’avez jamais rien fait. C’est rassurant de connaître les petits secrets inavouables de ses voisins et de savoir qu’ils connaissent les vôtres et vous acceptent malgré tout dans leur communauté… J’avais peur de rester coincé à jamais dans ma petite ville natale et, en même temps, mon véritable projet d’avenir était d’aller voir ailleurs pour mieux revenir chez moi. Parce que c’était à Dix Hills que je m’imaginais élever mes enfants et nulle part ailleurs… Sauf que le destin en avait décidé autrement.
La dernière fois que j’avais mis les pieds là-bas, à l’occasion de l’enterrement de June, tous les habitants s’étaient assurés de me montrer que je n’étais plus l’un des leurs et plus le bienvenue. Ils m’avaient une fois de plus rejeté et ça m’avait fait un mal de chien. Ca m’avait brisé le cœur de réaliser que je ne pourrai jamais voir Merrin grandir ici, parcourir les mêmes rues que moi sur son vélo… Je ne pourrai jamais lui montrer dans quels coins ma mère nous emmenait pique-niquer, chez quel glacier mon père nous achetait des confiseries avant le repas, ce qui mettait Maureen hors d’elle…  

Mais Siobhàn m’arrache très vite à mes souvenirs, me proposant que nous passions au tutoiement et plaisantant au sujet de la vieille femme qui l’a mal regardée un peu plus tôt. Je me fends à nouveau d’un sourire. La compagnie de la jeune femme est décidément agréable et elle m’aide à tuer le temps qui semble s’allonger depuis que j’ai passé la porte de la mairie de Youghal.
« Ca me va. Je détesterai passer pour un vieux à vos…tes yeux » je me corrige en vitesse, alors que la brunette s’éloigne un peu de moi, sa file ayant avancé un peu, contrairement à la mienne. Cependant, nous sommes encore suffisamment proche pour pouvoir nous parler sur le ton de la confidence, sans déranger tout le monde. Ca me soulage un peu je dois dire, parce que maintenant que nous avons commencé à sympathiser, je me vois mal retourner à mon silence et mon attente morne de tout à l’heure…
« T'es là pour quoi en fait ? T'as l'air d'avoir un sacré bazar dans cette pochette » me fait remarquer Siobhàn avec un naturel qui me fait oublier que sa question pourrait être indiscrète.
« J’suis là pour plusieurs choses en fait. J’ai encore quelques formalités à voir pour mon visa et puis tout le reste, ça concerne l’ouverture d’un pub que je vais gérer avec mon…ami. »
Considérer et évoquer le mercenaire comme mon ami me paraît toujours aussi étrange. Inconsciemment, je porte ma main libre à mon épaule, massant distraitement l’endroit où la balle qu’Elijah a tiré et était destinée à un autre m’a atteint.
« On a loué un local au centre-ville, du côté du port. Pas loin de l’Old Imperial Hotel, en face de la confiserie. Tu seras la bienvenue quand on ouvrira. J’ai pas encore de carte à te filer mais j’pense que tu trouveras vite le bar des Yankees » je plaisante, conscient que c’est certainement de cette manière que les gens parleront de notre établissement… Parce qu’ils en parleront forcément. Peut-être que personne n’y fichera un pied par principe et que nous serons boycottés mais on parlera de nous, c’est certain.
« Et toi, t’es là pour quoi ? Une demande de passeport pour voir du pays ? » je la taquine gentiment, sans me dépeindre de mon sourire avenant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Siobhàn Gogarty
membrehello from the other side
○ messages : 646
○ inscription : 25/01/2016

MessageSujet: Re: Waiting in lines||Jasper Lun 8 Fév - 21:40

Waiting in lines
Patience is not simply the ability to wait - it's how we behave while we're waiting.
« Ca me va. Je détesterai passer pour un vieux à vos…» Siobhàn lui adresse un regard faussement réprobateur qui se mue rapidement en un sourire amusé tandis qu'il se rattrape «tes yeux ». La jolie brune trouve la conversation beaucoup plus naturelle maintenant qu'ils ont dépassé le stade du vouvoiement. « J’suis là pour plusieurs choses en fait. J’ai encore quelques formalités à voir pour mon visa et puis tout le reste, ça concerne l’ouverture d’un pub que je vais gérer avec mon…ami. » Ils se livrent l'un à l'autre au fil des questions qu'ils échangent et Siobhàn est plus que ravie d'apprendre la raison de sa venue ici. Un peu de sang neuf n'a jamais fait de mal, et un nouvel endroit pour se divertir ne peut qu'apporter un peu plus d'intérêt à Youghal. Bien qu'elle ne soit pas vraiment du genre à fréquenter les bars auxquels elle préfère les soirées plus privées, la fleuriste est contente d'apprendre l'ouverture prochaine de ce nouveau pub. «Ca c'est vraiment cool!»« On a loué un local au centre-ville, du côté du port. Pas loin de l’Old Imperial Hotel, en face de la confiserie. Tu seras la bienvenue quand on ouvrira. J’ai pas encore de carte à te filer mais j’pense que tu trouveras vite le bar des Yankees » Elle hoche positivement la tête avec un sourire. Il est certain qu'il la croisera dans les parages. Elle y entrainera probablement Eoghan un soir, histoire de repérer les lieux et de boire un verre ailleurs qu'au Coachouse.«Compte sur moi! J'ai hâte de voir ça, c'est pas tous les jours qu'on a de nouveaux endroits où faire la fête dans le coin.» Un nouveau sourire étire ses lèvres jusqu'à ce qu'il reprenne la parole, la questionnant à son tour sur les raisons de sa présence ici.
« Et toi, t’es là pour quoi ? Une demande de passeport pour voir du pays ? » Elle secoue la tête cette fois. «J'aimerais mieux, mais non... J'suis juste venue renouveler ma carte d'identité... J'dois avoir sept ans sur la photo de celle-ci, elle date un peu.» Elle sort sa vieille carte de sa poche et la tend à Jasper sans la moindre gêne, avec une spontanéité qui en désarmerais plus d'un. «Regardes, couettes et tee-shirt barbie. La grande classe.» C'est sa mère qui l'avait habillée ce jour là et s'était appliquée à lui faire des couettes que Siobhàn avait retirées immédiatement après que cette photo ait été prise. Elle a toujours eu horreur de ses oreilles qui lui donnent l'impression d'être encore plus imposantes sur la photo plastifiée qu'elle montre à Jasper. Un an plus tard, quasiment jour pour jour, sa mère disparaissait pour toujours. Et contrairement aux disparus de Youghal, il y avait peu de chance qu'elle reparaisse un jour. Déglutissant douloureusement à cette seule pensée qui lui serre le coeur, Siobhàn se force à sourire avant de reprendre la parole: «Et encore, j'ai eu de la chance, j'ai échappé à l'appareil dentaire et aux lunettes...»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Jasper Dolan
membrehello from the other side
○ messages : 270
○ inscription : 28/01/2016

MessageSujet: Re: Waiting in lines||Jasper Jeu 11 Fév - 20:55

waiting in lines
patience is not simply the ability to wait - it's how we behave while we're waiting.
Je n'ai pas vraiment de peine à la croire quand Siobhán me confie que Youghal ne regorge pas vraiment d'endroits où faire la fête. Il y a pas mal de pubs mais, lors de mon tour de repérage, j'ai remarqué qu'il s'agissait plutôt d'établissements fréquentés par les pécheurs du coin ou les travailleurs harassés par leur journée et qui voulaient seulement prendre un verre dans le calme avant de retrouver leur foyer avec femmes et enfants, ou non. Pas le genre d'endroit où on vient vraiment se détendre entre amis ou danser un peu avec un ou deux cocktails dans le nez. C'est ce que nous allions tenter de monter avec Elijah. Un bar typiquement New Yorkais, servant des cocktails, de la nourriture et se destinant à accueillir une clientèle plutôt jeune et dynamique.
« Ce serait top » je lui lance alors qu'elle me promet d'y mettre rapidement les pieds.
Je lui proposerai sans doute de lui offrir sa première consommation mais préfère garder ça sous silence pour l'instant. J'aurai l'air bien bête si elle propose à tout son cercle d'amis de venir et leur annonce que la première tournée est au frai de la maison... Après tout, je ne la connais pas et je ne sais pas si c'est ou non son genre. Elle me parait un peu sans gêne et je ne voudrais pas prendre de risque. Être commercial, oui / être pris pour un con, non.

Nous enchainons ensuite pour parler de la raison de sa présence dans la queue. Avec une spontanéité toujours aussi désarmante, Siobhàn me présente sa carte actuelle, sur laquelle elle a effectivement l'air bien jeune. Je ne peux m'empêcher de rire en découvrant son visage enfantin, ses fameuses couettes et son teeshirt dont on ne distingue vraiment que le col (rose bien entendu).
« Tu avais des petites taches de rousseur » je lui fais remarquer avec un certain attendrissement, avant de relever la tête, constatant rapidement qu'elle s'attarde sur la contemplation de sa carte.
Et à en juger par le voile qui passe tout à coup sur son visage, j'en déduis que les souvenirs qui remontent ne sont pas forcément agréables. Mes sourcils se froncent doucement alors que je me demande si je dois le relever ou pas. Je décide rapidement de ne pas me mêler de ce qui ne me regarde pas et donc de feindre de n'avoir rien noté de son changement fugace d'expression. Elle cherche à plaisanter et je lui adresse un sourire encore teinté d'inquiétude à son égard.
« Oh je trouve que les lunettes peuvent être un accessoire plutôt sexy. Enfin pas sur une gamine de sept ans bien sûr, mais tu m'as compris. »

Après ça, un silence commence à s'installer. Comme depuis le début, c'est elle qui prend les initiatives, je décide cette fois de lui prouver que je ne suis pas seulement capable de répondre à des questions mais également d'en formuler.
« Et toi tu fais quoi dans la vie ? » je lui demande, supposant vu son âge (j'ai lu sa date de naissance sur sa carte, entre deux coups d'oeil amusés sur sa coiffure) qu'elle est étudiante dans le coin.
Juste avant qu'elle me réponde, c'est à mon tour d'avancer un peu et de me rapprocher du guichet. Il n'y a plus qu'une personne devant moi en fait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Siobhàn Gogarty
membrehello from the other side
○ messages : 646
○ inscription : 25/01/2016

MessageSujet: Re: Waiting in lines||Jasper Lun 15 Fév - 0:20

Waiting in lines
Patience is not simply the ability to wait - it's how we behave while we're waiting.
« Tu avais des petites taches de rousseur » Un sourire fugace traverse le visage de Siobhàn alors qu'il évoque les tâches de son qui parsemaient ses joues de petites filles. Elle les tenaient d'Ethel, sa mère. Une rousse sublime couverte de tâches de rousseurs et à la peau diaphane, presque translucide. Une véritable fée Irlandaise. Siobhàn a tout prit de son père, à l'exception de ces petites tâches de rousseur qui ont disparu de la même façon que sa mère en grandissant. Un mal pour un bien, ne pas ressembler de trop à sa mère permet à la jolie brune de pouvoir continuer à se regarder dans le miroir sans y apercevoir le fantôme de cette mère qui l'a abandonnée sans donner la moindre explication. Sans même dire au revoir. La gorge nouée par ce souvenir encore douloureux malgré les années qui se sont écoulées depuis le départ de sa mère, Sio tente de cacher son trouble par l'humour. C'est son arme ultime, sa façon de garder la tête haute, et par chance, Jasper n'insiste pas. Elle a bien remarqué l'inquiétude dans son regard et lui est reconnaissante de ne pas chercher à en savoir plus sur les raisons de son assombrissement soudain. C'est une chose dont elle ne parle que rarement, voir jamais. « Oh je trouve que les lunettes peuvent être un accessoire plutôt sexy. Enfin pas sur une gamine de sept ans bien sûr, mais tu m'as compris. » La maladresse verbale du barman lui arrache un sourire amusé et elle hoche la tête positivement. Effectivement, elle l'a compris. Une chance pour lui. «Heureusement qu'elle a rien entendu, les rumeurs vont vite par ici...» Souffle-t-elle avec un sourire malicieux en indiquant la petite vieille devant elle d'un signe de tête. Encore l'un des nombreux plaisirs que l'ont peut trouver en vivant dans une petite ville. Rien ne peut être dit ou fait sans conséquences. Le silence s'installe à nouveau entre eux. Quelque part dans la grande salle, quelqu'un tousse bruyamment et Siobhàn en profite pour chasser le chat qui s'est installé dans sa gorge en toussant à son tour, le plus discrètement possible avant de relever les yeux vers Jasper lorsqu'il s'adresse à nouveau à elle: « Et toi tu fais quoi dans la vie ? » Sio adore parler de son métier. C'est une véritable passion. C'est son père qui lui a apprit à jardiner, l'une des rares choses qu'il lui ait apprise, l'un des rares moments qu'ils aient partagés ensemble. La passion est venue par la suite, lorsqu'elle a apprit par coeur le langage des fleurs. «J'suis fleuriste dans une petite boutique à Cork.» Confie-t-elle avec un sourire tandis que la file de Jasper avance encore. Elle a encore choisi la mauvaise file, c'est toujours pareil, chaque fois qu'il s'agit de faire la queue, elle se débrouille pour se retrouver dans celle qui avance le plus lentement, voir celle qui n'avance pas du tout. «On dirait que tu vas te sortir de là plus vite que moi» Fait-elle remarquer au grand blond.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Jasper Dolan
membrehello from the other side
○ messages : 270
○ inscription : 28/01/2016

MessageSujet: Re: Waiting in lines||Jasper Sam 20 Fév - 12:13

waiting in lines
patience is not simply the ability to wait - it's how we behave while we're waiting.
« J'suis fleuriste dans une petite boutique à Cork » me répond-t-elle dans un sourire.
Moi je n'ai aucune envie de le lui rendre. J'ai l'impression que mon coeur vient de me tomber directement dans l'estomac. Tout son contenu vient en tout cas de remonter dans ma gorge, la brulant au passage. Détournant le regard, je déglutis péniblement, faisant mine de m'intéresser à l'avancée de ma file. Je n'écoute même pas ce qu'elle ajoute. Sa voix me donne l'impression de venir de très loin subitement. Sans doute parce que mon attention est tournée toute entière vers un autre continent, vers une autre époque...

Rose. Innocente et fragile petite Rose, idéalisée durant des mois. Ma petite fleuriste au teint de pêche et au sourire d'une infinie douceur... Ses lèvres... Malgré moi, j'essaie de faire remonter le souvenir de leur contact délicat sur les miennes. Je cherche à me remémorer son parfum, la texture de sa peau diaphane sous mes doigts tremblant d'excitation. Je cherche l'écho de son rire à travers mes souvenirs parfois fantasmés et le plus souvent défigurés par la rancœur que j’ai fini par nourrir à son égard…
Mon coeur cogne à présent dans ma poitrine. Je me revois, il y a bien deux ans maintenant, m'installer naïvement dans ce foutu café de Brooklyn afin d'occuper cette énième journée d'arrêt forcé. Je me revois lever les yeux de mon bouquin, mon chocolat chaud refroidissant devant moi, pour apercevoir la silhouette frêle et gracieuse d'une jeune femme dans la boutique en face. Elle sourit à un client et la vision de son visage illuminé de plaisir me bouleverse. Elle replace une mèche de ses cheveux dorés du revers de la main, ses joues adoptant une teinte rosée trahissant sa timidité. J'avais décidé d'aller lui parler à cette seconde précise. J’étais tombé amoureux d’elle à cette seconde précise.
Il m’avait tout de même fallut quelques autres visites au café avant de trouver le courage de l’aborder. Pas que je sois quelqu’un de vraiment timide avec la gente féminine, en général, j’étais même plutôt du genre à prendre les devants, mais avec elle, j’avais envie de prendre mon temps. J’avais surtout peur de l’effrayer en utilisant mes approches habituelles… Elle me donnait l’impression d’être si fragile depuis l’autre côté de sa vitre. En même temps, cette apparente vulnérabilité la rendait intimidante et faisait ressortir la mienne. Mais j’avais tout de même fini par trouver le courage de traverser la rue, d’acheter un bouquet et de le lui offrir en lui proposant un rendez-vous avec moi. Contre toute attente, alors que je me sentais comme le dernier des cons, Rose avait accepté et notre relation avait démarré le soir même. Pour mieux stagner durant des mois par la suite… Avec elle, c’était un pas en avant et deux en arrière.
J’appréciais sa compagnie et elle la mienne, mais nous n’arrivions jamais à être sur la même longueur d’onde. Elle me paraissait toujours sur la réserve et de mon côté, j’endossais le rôle du parfait petit ami pour mieux lui dissimuler mon passé. J’en faisais trop et de son côté, la fleuriste n’en faisait pas assez. Au départ, j’avais mis sa distance sur le compte de sa timidité, mais la vérité était toute autre et j’avais fini par le comprendre, sans pour autant me l’avouer. La vérité, c’était qu’elle en aimait un autre. Elle m’aimait bien parce que je lui apparaissais comme gentil, dévoué et à l’écoute (ce que je me forçais à être) mais c’était avec Dexter qu’elle voulait être…

Et en la repoussant, le jour où elle était venue me questionner sur mon frère – après avoir obtenu des informations sur son compte de la bouche même de ce fils de pute de Dexter – je l’avais repoussée directement dans ses bras. Lui tourner le dos m’avait brisé le cœur et il m’avait fallut des mois pour me remettre. Il m’avait fallut June pour y parvenir… June que j’avais moi-même utilisé, comme Rose l’avait fait avec moi, que je n’aimais pas réellement, mais qui me faisait du bien et qui donnait parfaitement le change. June qui aujourd’hui était enterrée à Dix Hills, avec le reste de ma famille, après m’avoir laissé une fille dans les bras. Le fruit de mes mensonges, de mes erreurs, de mon hypocrisie et de tous mes regrets. Ma petite Merrin…

La voix de Siobhàn s’élève tout à coup de nouveau et je sursaute presque. J’ignore depuis combien de temps je suis silencieux, perdu dans mes pensées. Je n’ai même pas vraiment entendu ce qu’elle vient de me dire. Tout ce que je sais, c’est que je n’ai plus envie de parler. Ce n’est pas vraiment elle le problème, la pauvre ne m’a rien fait du tout, mais c’est tout ce qu’elle fait remonter, ce qu’elle représente… Tout ce que j’ai cherché à fuir en venant me perdre à Youghal.
« Désolé, ça va être à moi, j’ai besoin de…de…de vérifier une dernière fois mes papiers » je me justifie, avant de me détourner un peu pour lui présenter mon dos et lui signifier d’une autre façon encore que notre conversation est close.
Sauf que mes mains tremblent tellement tout à coup qu’une fois ma pochette ouverte pour appuyer mon mensonge, j’envoie son contenu sur le sol. Les feuilles s’éparpillent à nos pieds et, le cœur cognant encore à tout rompre dans ma poitrine, je m’accroupis pour essayer de tout rassembler en vitesse. J’ai beau avoir attendu près d’une heure ici, je me sens sur le point de partir en courant…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Waiting in lines||Jasper

Revenir en haut Aller en bas

Waiting in lines||Jasper

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» MF Prins Filip (aka 'De Fluppe') 1992
» Les 101 dalmatiens
» la liste des disciplines sportives, 28 en tout
» So long, Prins Philippe...
» Waiting for the world to end + toby

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHERE HAVE YOU BEEN :: LA VILLE :: Magnershill-