AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

twin magic. w/ stella.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Uscias Parkhill
membrehello from the other side
○ messages : 215
○ inscription : 02/02/2016

MessageSujet: twin magic. w/ stella. Sam 6 Fév - 1:24

Ain't no sleep when the wicked play
This night ain't for the holy man with the holy plan For the promised land This night we got the evil hand And the evil hand gonna raise the dead. Ain't no sleep when the wicked play All we do is get laid Ain't no love when the wicked run All we do is get lay off We the wicked ones

J'attends Stella devant le garage, une cigarette coincée entre mes lèvres. Qu'est-ce que les gens font après une journée de boulot normalement ? Ils rentrent chez eux et profitent de leur soirée en attendant la prochaine. Mais je ne mange pas de ce pain là et pour nous la soirée ne fait que commencer. C'est pour ça que j'aime ce boulot et que je compte pas en changer de sitôt : le grand-père de Stella est plutôt cool avec les horaires, et j'ai jamais à m'inquiéter de l'heure à laquelle je rentre du bar. Je vais pas vous mentir par contre : traîner autour de voitures toute l'après-midi, c'est pas super marrant, mais au moins c'est un job qui me permet d'avoir une vie à côté, et c'est rare ça. Il me suffit de regarder mon frère, qui a uniquement le temps de se plaindre, pour confirmer ça.

Je lâche mon skate sur le sol, grimpe dessus, et tourne en rond sur la route. Peu de voitures circulent à cette heure, et je m'amuse à les obliger à s'arrêter, prétendant ne pas les avoir entendus arriver. Stella devait juste passer aux toilettes avant de me rejoindre, et comme d'habitude, elle prend trois heures. J'ai depuis longtemps arrêté de me demander ce qu'elle pouvait bien foutre là-dedans pour prendre autant de temps, mais dès qu'elle daigne enfin sortir du garage, je remarque qu'elle a prit le temps de refaire son make-up. Tu prends tout ce temps, mais t'as toujours l'air aussi cheap. Je lance comme si je savais de quoi je parlais avant de regrimper sur mon skate et de m’avancer sur la route, les mains dans les poches et les cheveux dans le vent, devançant la blondasse qui traîne derrière. On est juillet et c'est une belle soirée d'été. Les journées sont longues et il fait encore jour, donc autant y aller à pieds. Le bar est pas si loin, et on est pas pressés. On est jamais pressés.

J'entre dans le pub en skate. Je sais que j'ai pas le droit, mais je le fais quand même parce que ça m'amuse de voir le barman rouler des yeux d'exaspération en se disant pas encore lui. Et si c'est un autre gars qui me connaît pas aussi bien, je tourne en rond dans la pièce jusqu'à ce qu'il me demande d'arrêter. J'aime bien tester les limites des gens. Mais ce soir, faut croire qu'il m'a vu arriver de loin, car je reçois un torchon dans la tronche à peine à l'intérieur. Surpris -et accessoirement aveuglé-, je perd prise et tombe sur le sol pendant que mon skate roule jusqu'au comptoir. Je n'ai pas le temps de me relever que le barman s'en ait déjà saisi et l'agite comme si il s'agissait d'un trophée. J'en ai marre de te répéter la même chose à chaque fois. Je me relève mi-amusé mi-irrité sous les yeux attentifs de l'assemblée et les ricanements de Stella. Je serre le torchon dans ma main et le porte à mes narines pour en sentir les légers relans d'alcool. Puis je suis Stella jusqu'au comptoir et le relance au visage du barman qui, malheureusement, le rattrape juste à temps en me narguant.

Je capitule, et je m'assieds.

Les soirées d'été sont généralement synonymes de profits pour les bistrots du genre. Jeunes et moins jeunes se réunissent pour prendre un peu de bon temps, et la pièce n'a pas tardé à se remplir. Me sentant d'une humeur joueuse, je regarde autour de moi à la recherche de quelqu'un à me mettre sous la dent. C'est alors que mon regard tombe sur un jeune homme à l'autre bout de la pièce, penché sur la table de billard, la queue dans les mains (ahah). Un jeune homme qui, ma foie, semble bien attirant. Immédiatement, j'en informe Stella. Miam. Je passe suggestivement ma langue sur mes lèvres en le désignant d'un mouvement de tête. Je me lève de mon siège, décidé à me joindre à la partie quand un individu me devance et le rejoint. Mon cœur se brise pour une seconde, puis se répare quand je réalise que les deux hommes se ressemblent comme deux gouttes d'eau. Des jumeaux, la mâchoire m'en tombe.

A côté de moi, je sens Stella se lever à son tour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stella Crossgrove
membrehello from the other side
○ messages : 252
○ inscription : 28/01/2016

MessageSujet: Re: twin magic. w/ stella. Mar 16 Fév - 1:31

lady in pink underpants
There's a war inside my head. Sometimes I wish that I was dead, I'm broken. So I call this therapist And she said, "Girl, you can't be fixed, just take this." I'm tired of trying to be normal. I'm always over-thinking. I'm driving myself crazy. So what if I'm fucking crazy? //

Surprise. Je viens de découvrir que je possède des sous-vêtements coordonnés. Ils sont vieux rose, en dentelle – même seuls, je ne les ai jamais remarqués. La preuve : les étiquettes de la compagnie sont encore dessus, mais le prix à été arraché. Tant de mystère. Où est Scooby Doo quand on a besoin de lui? Sherlock? Nancy Drew? J'dois dire que l'idée que ça soit un présent de la part d'un stalker, les ayant déposés à mon insu dans mon tiroir m'effleure l'esprit une seconde, mais je l'oublie vite. Ça doit venir d'un lover passé, trop rapidement enterré : le genre qui se sentait obligé de s'excuser pour des performances... sous la moyenne. À cette pensée, plusieurs noms me reviennent en tête; Doux souvenirs. Moins doux sexy time.

Il y a eut Mark, le mec qui connaissais absolument rien de l'anatomie féminine, et qui, par manque flagrant d'éducation et/ou de curiosité avait confondu mon nombril pour mon jardin fertile. Imaginez recevoir un coup de saucisse dans le ventre. Ouaip. C'est ce que j'ai ressenti, une belle nuit de septembre. Le pire dans tout ça c'est que j'étais un rebond. Il avait eut une petite amie. PENDANT QUATRE ANS.

Il y a eut Joey, sur qui j'étais tombée en swipant sur tinder, un soir de mai, alors que je streamais Friends. Le mec, comment dire? Le contraire de Mark - Il ne manquait pas d'éducation. C'était plutôt le contraire. Il se prenait pour une star du porno alors qu'il était aussi flexible qu'un spaghetti cru. Bref, l'histoire s'est terminée aux urgences. Corps caverneux fracturé. Plein de plaisir. Spag' cru, comme je disais.

Lisa, qui était juste ennuyante. Greg qui passait son temps à pleurer. Willa qui me racontait ses vacances à la mer. Vraiment, la moitié de l'Irlande me doit des excuse, donc, trouver l'origine de ce cadeau mystique est mission impossible... du moins pour ce soir.

BREF. J'enfile mes sous-vêtements les plus mystérieux, puis, je les caches sous une petite robe noire Calvin Klein, achetée en solde – pas la peine de payer plein prix, quand le but c'est de montrer ce qu'il y a dessous. Je me maquille, écoutant d'une oreille des chansons de barbie; Je me coiffe.  J'y met une bonne demi-heure, avant de me souvenir que Steeve m'attends dehors, et qu'il a la patience d'un enfant de deux ans.  Anyway, je mets mes talons les plus stripper like et je vais le rejoindre devant le garage.

Bien sûr, il m'insulte.

Bien sûr, je dois marcher, parce que ma mini est toujours aux soins intensifs.

Damnée, je suis. Damnée, mais quand même intelligente, parce que j'ai choisi mes stripper shoes avec ankle straps - take that raven – alors je peux me relaxer les mollets légèrement, priant pour ne pas casser un talon en route.

J'ai un bon dix minutes de retard sur Steeve, mais j'arrive tout de même au pub saine, sauve, et toujours flawless – ce qui n'est pas son cas, puisque j'ouvre la porte sur son petit corps au sol. LOOOOOOOOOOOL. mérité. Je, tel une olympienne, passe par dessus mon oncle, et prends place au bar. Étrangement, je ne ressent pas le besoin de commander; Le barman ne m'adresse même pas la parole, il se contente de sortir le nécessaire pour mon long island iced tea, un truc qu'il a appris a faire que pour moi.  

J'ai la paille dans la bouche depuis à peine une minute que tonton me regarde déjà comme un petit chien qui veut des restes de table. T'en veux un tu commandes, yoooo... J'étire, remarquant ce qu'il désigne. shoubidouwa J'avale une gorgée, pendant que Steeve se lève,  et se fait bousculer. J'voudrais bien envoyer paître son agresseur, mais je ne peux pas. C'est le clone de ce qu'il désigne.

Je me lève direct, attirée comme un aimant par le double trouble qui se tient près de la table de billard. Marchant à reculons, j'explique le plan à mon oncle, et je signe au barman de préparer plus de cocktails, qu'il y a urgence. Tu me laisses faire – t'es trop agressif. et pas tous les mecs répondent bien à un mec les draguant directement dans un petit pub irlandais. Se faire approcher par une blondinette sur des échasses, par contre, ça passe plutôt bien, peu importe ce qu'elle propose.

Anyway, j'ai mentionné comment je marchais de reculons, et comment mes chaussures étaient hautes. Je n'ai pas dit, par contre, qu'un connard avait échappé sa bière sur le sol, et n'avait averti personne, rendant le planché super glissant.

Tout ça pour dire que je me retrouve les quatre fers en l'air, dans ma jolie petite robe noire, devant mes deux futurs maris. Pas lol. Pas mérité.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Uscias Parkhill
membrehello from the other side
○ messages : 215
○ inscription : 02/02/2016

MessageSujet: Re: twin magic. w/ stella. Lun 22 Fév - 23:03

Ain't no sleep when the wicked play
This night ain't for the holy man with the holy plan For the promised land This night we got the evil hand And the evil hand gonna raise the dead. Ain't no sleep when the wicked play All we do is get laid Ain't no love when the wicked run All we do is get lay off We the wicked ones

Shoubidouwa. Shoubidouwa indeed. La récolte promet d'être bonne, je pense en verrouillant le bel homme dans ma ligne de mire. Pour avoir vécu toute ma vie dans ce trou irlandais, j'ai un peu fait le tour de tous les beaux garçons du patelin, alors quand je remarque une beauté qui ne vient probablement pas d'ici, j'ai bien l'intention de saisir l'occasion. Dans cette optique, prévenir Stella n'est peut-être pas la meilleure idée : la connaissant, elle essaierait sans doutes de me voler ma proie. Mais je le fais quand même, parce que c'est notre truc, et que si ce bel Apollon s'avère préférer le v au d, alors je serais plus qu'heureux que ma nièce et lui fassent les plus beaux bébés du monde. Mais je m'inquiète pour rien, parce que Dieu existe apparemment, et faut croire que ces garçons se fabriquent par deux, et qu'ils sont tout aussi handsome l'un que l'autre. C'est le jackpot. Geri Halliwell se met à chanter dans ma tête : It's raining men, Hallelujah It's raining men. Je suis plutôt straight-forward (ou devrais-je dire bi-forward, #lol), et pas mal thirsty ce soir, donc j'ai bien envie de juste me jeter dans le tas et improviser. C'est pas trop mon truc la subtilité, et Stella le sait. Tu me laisses faire – t'es trop agressif. I get it, le but c'est pas de les effrayer. J''acquiesce, mais qu'elle aille pas croire que je vais juste lui céder ma part. Qu'elle les approche donc, mais une fois que c'est fait, j'entre dans la danse

Bien sur, il faut qu'elle se casse la gueule au milieu du pub, parce qu'il fallait bien que quelque chose du genre arrive. Si c'est leur attention qu'elle veut, alors félicitions, parce que tous les regards sont sur elle. Sur elle et sur moi, qui éclate de rire aussitôt que son derrière touche le sol. Trop agressif hein. On est jamais aussi bien servi que par soi-même, me dis-je en volant le cocktail que Stella n'a pas fini et en l'enjambant. Je ne l'aide pas à se relever, déjà parce qu'elle m'a pas aidée lorsque j'étais au sol en arrivant et que karma's a bitch, et parce que comme ça, ça me laisse une longueur d'avance. Puisqu'il faut tout faire soi-même. Je bois une gorgée de son long-island -par le verre et non la paille, je précise- et m’avance vers la table de billard.

Je prends le vainqueur. Je lance à mes deux futurs amoureux lancés dans une folle partie en arrivant près d'eux. Ils sont encore plus attirants vu de près et j'ai du mal à ne pas les reluquer de la tête aux pieds, en insistant sur leur booty, ce qui, à leur yeux, doit probablement faire de moi un creep ou les rendre mal à l'aise. Mais c'est à peine s'ils remarquent mes regards indécents, encore trop amusés par Stella qui continue de se donner en spectacle à quelques mètres de nous. Je remarque que l'un des deux la regarde avec insistance. Tu la connais ? Il me demande en la désignant d'un signe de tête. Je suis vexé : je suis en face de lui, and i'm looking good. Ouais, c'est mon amie. (J'évite généralement de la présenter comme étant ma nièce, car c'est bizarre pour un oncle d'accompagner sa nièce dans un bar. Enfin, c'est pas bizarre pour nous, mais ça peut le sembler pour les inconnus.) Elle vient d'avoir dix-sept ans et elle veut faire la grande, mais elle sait même pas tenir sur ses deux jambes. Je bois innocemment une gorgée du verre. Le regard du beau garçon se détache de Stella, car grâce à mon petit mensonge sur son âge, elle est maintenant hors de sa portée. C'est un coup bas, j'ai presque honte. Mais quitte à jouer, autant essayer d'avoir les deux. Stella n'aura qu'à prendre les restes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: twin magic. w/ stella.

Revenir en haut Aller en bas

twin magic. w/ stella.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Poussette power-twin de jané!
» Assises et habillage Uv pour maclaren (twin)
» Poussette double CROWN bébé Jumeau Duo Twin Canne
» cosatto twin
» STM Twin 0+

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHERE HAVE YOU BEEN :: VOYAGE DANS LE TEMPS :: Going back-