AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Better an oops than a what if || Uscias

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Siobhàn Gogarty
membrehello from the other side
○ messages : 646
○ inscription : 25/01/2016

MessageSujet: Better an oops than a what if || Uscias Sam 6 Fév - 14:17

Better an oops than a what if
Perfecting the art of pretending you're not
«Sers moi une bière s’il te plait Bo ! » Appuyée sur le bar, Siobhàn adresse un  sourire au barman qui s’applique à lui remplir une pinte de Murphy’s rousse. Bien qu’elle ne soit pas vraiment une habituée des lieux, la jolie brune est satisfaite de constater que le barman connait ses goûts en matière de bière. Une attention qu’elle ne manque pas de récompenser au moment de payer sa commande. «Garde la monnaie !» Elle lui adresse un clin d’œil complice et s’empare de son verre avant de se retourner pour balayer la salle du regard. Pour un soir de semaine, le Coachouse est particulièrement rempli. C’est l’anniversaire de l’un de ses amis, et personne à Youghal ne manque jamais une occasion de faire la fête. Sio ne fait pas exception à la règle. Seul Eoghan manque à l’appel. Comme tous les jeudis, son meilleur ami est à Cork et s’emploie à apprendre le français afin qu’ils puissent un jour visiter ensemble ce merveilleux pays. La jolie brune est malgré tout déçue qu’il ne soit pas là à faire la fête avec elle. Elle s’amuse toujours plus lorsqu’il est dans les parages. Heureusement, d’autres sont là pour combler le vide laissé par le jeune homme. Siobhàn aperçoit d’ailleurs Uscias qui traverse la salle son verre à la main pour rejoindre l’extérieur du bar. Le visage de la fleuriste se fend d’un sourire tandis qu’elle se faufile à travers les tables et la foule pour le rejoindre. Elle pousse la porte du bar et se laisse surprendre par la fraicheur de l’air extérieur. Un frisson lui parcours l’échine. Elle croise les bras devant sa poitrine pour se tenir chaud tout en prenant soin de ne pas renverser sa bière avant même d’avoir eu l’occasion d’y tremper les lèvres. Un coup d’œil sur le côté lui laisse apercevoir Uscias, une cigarette à la main, qui s’amuse à laisser échapper d’entre ses lèvres, des petits ronds de fumée. Elle s’approche de lui avec un sourire et abandonne l’idée de se tenir chaud pour venir glisser ses doigts près des siens et lui subtiliser sa cigarette qu’elle glisse entre ses lèvres sans le quitter des yeux. «Tu joues les loups solitaires ?» Demande-t-elle tout en expirant un long trait de fumée blanchâtre. Siobhàn n’est qu’une fumeuse occasionnelle, elle se laisse tenter parfois comme ce soir, mais n’a jamais ressenti le besoin de fumer quotidiennement. Elle déteste être dépendante, de quelque chose, ou de quelqu’un. Elle agit de la même façon avec les hommes et les femmes qu’elle côtoie. Elle profite d’eux à l’occasion comme elle profite de la cigarette du jeune homme. Il fait d’ailleurs partie de ceux dont elle a profité, à la différence près qu’ils ont froissé les mêmes draps à plusieurs reprises. Siobhàn ne couche jamais avec quelqu’un plusieurs fois –à l’exception des rares filles avec lesquelles elle a été en couple le temps de quelques semaines-, Uscias est l’exception qui confirme la règle.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Uscias Parkhill
membrehello from the other side
○ messages : 215
○ inscription : 02/02/2016

MessageSujet: Re: Better an oops than a what if || Uscias Dim 7 Fév - 13:10

Ain't got no money in my pocket, but I'm already here
Ain't got a care in world, but got plenty of beer Ain't got no money in my pocket, but I'm already here Now, the dudes are lining up cause they hear we got swagger But we kick em to the curb unless they look like Mick Jagger.

Il semble que ce soir soit soir de fête, alors que j'entre dans un bar déjà bien plus peuplé qu'il ne devrait l'être une soirée de jeudi. Je n'étais initialement pas venu pour m'attarder cette fois, juste boire un verre histoire de et payer le peu de mon ardoise, mais voilà que je me retrouve avec une bière gratuite entre les doigts. Birthday boy paye sa tournée, et faut croire que je me retrouve au bon endroit au bon moment. Don't mind if I do. C'est pas tous les jours que j'ai l'occasion de boire gratuitement, alors j'ai bien l'intention d'en profiter. Mais du coup, moi qui voulait pas rester longtemps, me voilà enivré par l'ambiance festive, et j'ai plus trop envie de partir. Au lieu de ça, je me lance dans une partie de billard où les règles comptent pas, où il faut juste envoyer des boules dans des trous. C'est les meilleures parties. Je perds à chaque fois, mais je continue d'enchaîner, proposant de payer un verre à ceux qui réussiront à me battre. Deux, trois parties, deux, trois défaites. Finalement je décide d'abandonner. Je lâche la queue sur la table et subtilement attrape la boule blanche et la glisse dans la poche de mon pantalon. Petite vengeance personnelle pour empêcher le gars qui m'a ridiculisé de continuer à jouer. Relax, je compte pas m'en aller avec et la garder à tout jamais, je l'emmène juste avec moi le temps d'aller fumer une clope à l'extérieur. Ça lui apprendra tiens.

Je zigzag mon chemin jusqu'au comptoir où je demande au barman de me resservir mon verre. C'est party boy qui invite. J'indique le garçon qui rigole bruyamment, mais la ruse ne prend pas. Ça valait le coup d'essayer. Je fouille dans ma poche et lui règle, mais en prenant bien soin d'avoir l'air vexé tout en le faisant. Quoi que non, pas juste vexé : offensé. Je vous donne déjà tellement. Tu pourrais faire un effort Bo. C'est vrai quoi, c'est pas tous les jours que quelqu'un est disposé à payer des tournées. Un verre de plus ou de moins, ce dude déjà bien arrosé aurait rien remarqué. La fraude parfaite. Peut-être quand t'arrêteras de rouler dans mon bar. Touché. Tu veux que j'te dise ? C'est la maison qui offre si tu peux me dire son prénom. Merde. J'en avais foutrement aucune idée. Jared ? Ma mère ne cesse de me répéter que Dieu existe, mais je l'ai jamais cru. Alors tu m'entends Dieu, si t'es là, c'est le moment parfait pour me prouver le contraire. Fait en sorte que ce gars s'appelle Jared. Faux. Uscias – 1. Maman – 0. Dieu n'existe pas, j'en ai maintenant la confirmation. Pas de pourboire pour toi ce soir. Par pure insolence, je grimpe sur mon skate et roule jusqu'à la sortie, avec mon verre rempli dans la main pour être sur qu'il ne m'interdise pas de revenir. Le pire dans cette histoire, c'est que je suis sûr qu'il sait même pas comment il s'appelle non plus, cet idiot de Bo. Ça aurait très bien pû être Jared.

Le froid hivernal m'oblige à remonter la fermeture éclaire de ma veste pour ne pas finir gelé sur place. Je pose mon verre sur un rebord de fenêtre et j'allume ma cigarette. Tandis que j'inspire les premières dose de nicotines, je sors la boule de billard blanche de ma poche, la lance en l'air, et la laisse retomber dans ma main, la lance de nouveau, et la laisse retomber. Et ainsi de suite, toujours perché sur mon skate que je laisse stagner sur le béton. Je place mes lèvres en o et je laisse la fumée s'échapper en une succession de petits cerceaux qui s'évaporent dans la nuit glacée. Je vais pour me réalimenter en fumée quand une main qui sort littéralement de nul part me vole l'objet de mon désir. Tu joues les loups solitaires ? me lance Siobhàn en glissant MA cigarette entre ses lèvres. Pas grave. J'en sors une autre. Décidément, tout le monde à décidé de me ruiner ce soir. Au moins Siobhàn est une bonne surprise. Puisque c'est toi, je laisse passer, et parce que ça me fait plaisir de te voir. Mais tu m'en dois une. Wink. C'est la première fois que je te croise dans le coin, t'es là pour birthday boy ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Siobhàn Gogarty
membrehello from the other side
○ messages : 646
○ inscription : 25/01/2016

MessageSujet: Re: Better an oops than a what if || Uscias Lun 8 Fév - 21:40

Better an oops than a what if
Perfecting the art of pretending you're not
Décidément, tout le monde à décidé de me ruiner ce soir. Siobhàn accueille les paroles d'Uscias avec un léger haussement de sourcil. Elle n'a pas la moindre idée de ce qu'il entend par là, mais la jolie brune ne s'attarde pas sur ce détail. Elle affiche un sourire amusé lorsqu'il reprend la parole:Puisque c'est toi, je laisse passer, et parce que ça me fait plaisir de te voir. Mais tu m'en dois une. La fleuriste tire de nouveau sur la cigarette qu'elle vient de subtiliser au garagiste et lève légèrement la tête pour laisser échapper la fumée d'entre ses lèvres et la voir s'élever dans les airs. «T'es trop généreux, mais ça me fait plaisir à moi aussi de te voir, ça fait un bail...» Elle s'appuie dos au mur et dépose son verre de bière à côté de celui du jeune homme tandis qu'un nouveau frisson lui parcours l'échine, lui faisant regretter de s'être vêtue si peu chaudement ce soir. Elle coule un regard en direction d'Uscias qui reprend la parole et esquisse un sourire mutin à son attention.C'est la première fois que je te croise dans le coin, t'es là pour birthday boy ? «Nan, je suis là pour les bières gratuites...» Souffle-t-elle tout en reprenant son verre pour en prendre une gorgée, prenant soin d'effacer la moustache de mousse laissée par la boisson d'un léger revers de langue.«Mais j'ai quand même été invitée! Et toi? T'es là pour Osheen ?» Elle ignore si les deux garçons sont amis. Tout est possible, après tout, Youghal est une petite ville, il n'y a rien d'étonnant à ce que tous les jeunes du coins se connaissent, tout au moins de réputation. C'est ce qu'elle reproche aux coins perdus de ce genre, impossible de simplement y vivre loin du regard des autres, de se fondre dans la masse. C'est ce qui la pousse à vouloir partir avec Eoghan, loin d'ici même s'ils n'ont fait qu'en parler jusqu'à présent.Elle agite sa cigarette pour en détacher les cendres froides qui s'y sont accumulées et aspire à nouveau un trait de nicotine avant de reporter son attention sur Uscias et la boule qu'il tient toujours dans sa main. Un sourire amusé étire ses lèvres...«T'sais, normalement, ça marche par paires... T'en as perdu une? J'savais que Stella finirait par t'émasculer» plaisante-t-elle, ponctuant ses paroles d'un léger rire en indiquant la boule de billard d'un signe de tête avant de lui adresser un clin d'oeil à son tour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Uscias Parkhill
membrehello from the other side
○ messages : 215
○ inscription : 02/02/2016

MessageSujet: Re: Better an oops than a what if || Uscias Mar 9 Fév - 14:00

Ain't got no money in my pocket, but I'm already here
Ain't got a care in world, but got plenty of beer Ain't got no money in my pocket, but I'm already here Now, the dudes are lining up cause they hear we got swagger But we kick em to the curb unless they look like Mick Jagger.

T'es trop généreux, mais ça me fait plaisir à moi aussi de te voir, ça fait un bail... Un bail, indeed. C'est comme ça que ça se passe avec Siobhàn : on se rentre dedans, on passe un moment fun, et puis elle part avant l'aube. Ou des fois c'est moi qui part, ça dépend. Aucun de nous n'est vraiment du genre à rester pour le petit-déjeuner, et les choses sont parfaites comme elles sont. Nos conversations ne sont pas inconfortables, et je peux toujours la regarder dans les yeux même après l'avoir vue dans son plus simple appareil. C'est une femme sympa, je l'aime bien. Je la regarde s'adosser contre le mur et je roule jusqu'à elle pour déposer sur sa joue un baiser du bout des lèvres, en guise de bonsoir. Je m'adosse à côté d'elle, nos épaules collées l'une à l'autre. Je passe mon bras derrière son cou pour venir frotter l'épaule la plus éloignée de moi pour lui transmettre un peu de ma chaleur corporelle. Je peux voir qu'elle a froid, et ma culture cinématographique voudrait sans doutes que je lui tende ma veste pour la réchauffer. But hey, not gonna happen.

Nan, je suis là pour les bières gratuites... Amen to that. Mais j'ai quand même été invitée! Et toi? T'es là pour Osheen ? Osheen, merde. Quel genre de mec s'appelle Osheen ? Tu m'étonnes que je l'ai pas eu mon  verre gratuit. Je hausse les épaules et secoue la tête en expirant la fumée. Je savais pas qu'il y avait une fête et comme je passais dans le coin, je me suis invité. Quand tu fêtes ton anniversaire dans un bar, faut s'attendre à avoir quelques squatteurs, et je suis toujours là quand y'a des verres gratuits, même si c'est qu'une seule tournée. Parlant de verre, je me souviens que j'en ai un pas loin, sur le rebord de la fenêtre. J'en bois une gorgée, et le breuvage est plus froid qu'il ne devrait l'être. Ma colonne vertébrale répond à la fraîcheur, et je sens le besoin de bouger. Je ressens toujours le besoin de bouger, mais là plus que d'habitude. Alors je gigote et je roule sur mon skate en continuant de jouer avec ma boule de billard, la lançant d'une main à l'autre. Un moment, le mec qui m'a ridiculisé passe la porte et je cache la sphère dans ma manche. On trouve pas la boule blanche, tu l'aurais pas vue par hasard ? Je fais non de la tête. Elle a dû tomber et rouler quelque part. Il rentre à l'intérieur en haussant les épaules, et je ressors la boule pour reprendre mon petit jeu comme si de rien n'était. Siobhàn me lance un regard faussement exaspéré et je lui répond avec un sourire innocent. Il l'a cherché. T'sais, normalement, ça marche par paires... T'en as perdu une? J'savais que Stella finirait par t'émasculer. L'éclat de rire sort tout seul tandis que la boule de billard retombe dans ma main. That's cute. L'autre est bien au chaud. Je m'étonne de la vitesse à laquelle notre conversation a dérivée sur mes testicules. Je glisse la boule dans ma poche. Non, en vérité les deux sont encore à leur place, là où tu les as laissées. Je sifflote à la lune en souriant fièrement. Nous entrions désormais dans un territoire qui nous étaient à nous deux plus que familier puisque foulé à chaque fois qu'on se croisait. Un terrain qui menait sous les draps de l'autre. Pas toujours, mais bien assez souvent pour se réjouir de s'y aventurer. Je te le prouverais bien ... je rajoute en posant mes pieds sur le sol et en commençant trafiquer la ceinture de mon pantalon. Un air de défi dans le regard, je détache la boucle et abaisse la braguette … avant de la remonter et de resserrer la bande de cuir autour de ma taille. … mais il caille et ce serait indécent. Peut-être à l'intérieur si ça t'intéresse vraiment. Wink wink.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Siobhàn Gogarty
membrehello from the other side
○ messages : 646
○ inscription : 25/01/2016

MessageSujet: Re: Better an oops than a what if || Uscias Mar 9 Fév - 18:59

Better an oops than a what if
Perfecting the art of pretending you're not
Sio esquisse un sourire alors qu'il s'approche d'elle pour déposer un baiser sur sa joue. La tendresse n'est pas son fort, elle ne s'embarrasse pas de ce genre de détail en règle générale, mais le geste l'amuse. Son sourire s'agrandit encore alors qu'Uscias vient passer son bras autour de ses épaules pour la réchauffer. Elle apprécie cette attention parce qu'elle sait que rien ne se cache derrière. Les choses sont claires entre eux, elles l'ont toujours étés. Ils entrent dans la vie l'un de l'autre et en sortent presque aussi rapidement, profitant de ces moments de plaisirs éphémères sans se poser la moindre question, sans craindre le jugement de l'autre ou que quelque chose comme des sentiments viennent tout gâcher. Ils sont taillés dans le même bois. Je savais pas qu'il y avait une fête et comme je passais dans le coin, je me suis invité.Un léger rire filtre à travers les lèvres de la jolie brune alors qu'il évoque les raisons de sa présence ici. Au final, il est là pour les mêmes raisons qu'elle, profiter. Il se détache d'elle pour attraper sa boisson, et Siobhàn en profite pour elle aussi porter son verre à ses lèvres. Elle bois sa bière par petites gorgées et lève finalement les yeux de sa pinte lorsque la porte du bar s'ouvre sur un type qui s'adresse à Uscias:On trouve pas la boule blanche, tu l'aurais pas vue par hasard ? Un sourire amusé aux lèvres, elle écoute distraitement leur conversation comme si de rien n'était et finit par plonger à nouveau le nez dans son verre lorsque son ami reprend la parol,e feignant l'ignorance, pour éviter qu'un rire nerveux ne vienne gâcher le mensonge du garçon. Elle a dû tomber et rouler quelque part. Le type rentre à l'intérieur du bar, dépité et Siobhàn adresse un regard faussement réprobateur à Uscias dont la réaction lui arrache un sourire. D'humeur taquine, elle s'amuse à se moquer de lui et de sa boule qu'il s'amuse à lancer en l'air. Sa réaction ne se fait pas attendre, et Sio lui adresse un sourire mutin.L'autre est bien au chaud.Non, en vérité les deux sont encore à leur place, là où tu les as laissées. Elle hausse un sourcil, l'air intéressé et ne retient pas un nouveau rire face au sourire malicieux que lui adresse Uscias. Les choses sont clairement en train de déraper entre eux, mais ça ne dérange pas la brune qui cesse pourtant de rire lorsqu'il met pid à terre pour commencer à détacher sa ceinture.Je te le prouverais bien ... Elle humecte ses lèvres d'un léger coup de langue et peine à déglutir. Il vient d'éveiller quelque chose en elle, du désir. Elle soutient sans mal son regard et se mord légèrement la lèvre inférieure jusqu'à ce qu'il referme sa braguette.… mais il caille et ce serait indécent. Peut-être à l'intérieur si ça t'intéresse vraiment. Un nouveau sourire éclaire le visage de la fleuriste qui termine sa bière d'une traite avant de prendre la main d'Uscias dans la sienne pour l'entrainer à l'intérieur du bar. «Viens...» Inutile de passer par quatre chemins, elle a parfaitement comprit où il voulait en venir et l'idée est loin de lui déplaire. Un rire nerveux la prend tandis qu'ils traversent le bar sous le regard de Bo qui secoue la tête à leur passage. Siobhàn se moque bien de ce qu'il pense. Elle ne s'arrête que lorsqu'ils atteignent la porte des toilettes pour dames, plus spacieuses. Appuyée contre la porte, elle attire le garagiste vers elle pour s'emparer de ses lèvres et échanger un baiser avec lui tandis qu'ils s'engouffrent dans la pièce, vide. «J'savais bien que j't'avais manqué...» Souffle-t-elle avec un sourire malin contre ses lèvres entre deux baisers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Uscias Parkhill
membrehello from the other side
○ messages : 215
○ inscription : 02/02/2016

MessageSujet: Re: Better an oops than a what if || Uscias Mer 10 Fév - 5:45

Ain't got no money in my pocket, but I'm already here
Ain't got a care in world, but got plenty of beer Ain't got no money in my pocket, but I'm already here Now, the dudes are lining up cause they hear we got swagger But we kick em to the curb unless they look like Mick Jagger.

Nous ne pouvions vraiment pas nous en empêcher. A chaque fois qu'on se croise, où que ce soit, il faut qu'on s'aventure sur cette route. Ça doit être notre petit truc à nous. Je ne vais pas m'en plaindre, je ne peux juste pas m'empêcher de m'amuser de la vitesse à laquelle notre conversation a dérivée. Et je peux voir, alors que je commence à détacher ma ceinture, que j'ai déclenché quelque chose en elle. Et pourtant je ne fais que commencer, ce n'est qu'un peu de flirt innocent. Classic Uscias. Mais faut croire que y'a même plus besoin d'en faire des tonnes, puisqu'on sait tout les deux comment ça va se finir. Et c'est Siobhàn qui décide pour nous deux que ça sert à rien de perdre plus de temps. Abasourdi, je la regarde finir sa pinte d'une traite et je sens sa main attraper la mienne. Viens... me souffle-t-elle en m'entraînant vers l'intérieur. Huh ? Je hoquette de surprise, pas préparé à ce qu'elle agisse de manière aussi agressive. J'aime bien. J'inspire une dernière fois pour terminer ma cigarette et la lance sur le sol juste avant de passer la porte. Je n'ai pas le temps d'attraper mon skate ou mon verre que Siobhàn me guide dans le dédale de tables. Dans notre course, nous passons devant le comptoir et j'adresse un Bo un sourire triomphant et insolent. Je fouille la poche de mon pantalon avec ma main libre et je lance la boule blanche sur la table de billard quand nous passons devant, accueillant le regard assassin du joueur d'un haussement d'épaule désintéressé. Je sens la chaleur envahir les moindres parcelles de mon corps, et je ne saurais dire si c'est le contraste intérieur-extérieur ou le feu que Siobhàn a allumé dans mes intestins -et dans mon pantalon-. Probablement les deux.

Notre chemin s'arrête aux portes des toilettes des dames et Siobhàn s'y adosse pour s'attaquer à mes lèvres. Une bonne partie du bar a probablement remarqué notre petit manège, puisque nous n'avons même pas essayé de nous faire discret. Encore ici, nous sommes visibles par une portion de la salle, et je peux sentir des regards peser sur mes épaules. Mais je m'en fiche. Siobhàn se montre fugueuse et je suis obnubilé par ses lèvres sur les miennes. Je l’enlace par la taille d'un bras, et pousse la porte de l'autre, passant le dernier obstacle vers un lieu qui ne serait qu'à nous. Le reste du bar ne compte plus, je n'ai même plus vraiment conscience d'où je me trouve. Je suis juste présent pour Siobhàn, et pour ce moment que nous nous apprêtions à partager. J'savais bien que j't'avais manqué... Je lâche un rire étouffé par d'autres baisers qui viennent en abondance. Je ne te savais pas du genre à faire ça dans les toilettes d'un bar. Certains trouveraient ça vulgaire. Je trouvais ça excitant. Siobhàn faisait preuve d'une confidence qui la rendait encore plus attirante à mes yeux. Ou alors tu me veux tellement que tu ne pouvais pas attendre plus longtemps. Dans les deux cas, ça me va très bien. J'aime les prises de risques, la nouveauté, et le changement. Et oui, tu m'as manquée. Je murmure à son oreille. Comment pouvait-il en être autrement ?

Je saisis sa cuisse et l'aide à entourer ses jambes autour de ma taille, puis la porte jusqu'au comptoir aux lavabos où je l’assoie. Mes lèvres partent à l'assaut de son cou tandis que mes mains trouvent rapidement leur chemin sous son t-shirt, tâtant un corps que je connais déjà bien mais que je prend plaisir à redécouvrir. J'insiste sur ses zones érogènes que j'ai appris à connaître à force de rencontres, afin de lui offrir le plus de plaisir possible. Nos corps s'échauffent et nous nous débarrassons de ces encombrants vêtements qui recouvrent nos peaux afin de finalement s'unir dans ce moment intime dans lequel nous nous retrouvions à chaque fois.

Bon par contre, j'vous fait pas de dessin hein.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Siobhàn Gogarty
membrehello from the other side
○ messages : 646
○ inscription : 25/01/2016

MessageSujet: Re: Better an oops than a what if || Uscias Mer 10 Fév - 21:13

Better an oops than a what if
Perfecting the art of pretending you're not
Une fois de plus, les choses dérapent entre la fleuriste et le garagiste, et Siobhàn est loin de regretter d'avoir amorcé ce rapprochement, aussi soudain celui-ci soit-il. Le fait est que les avances du garçon ne l'ont pas laissée indifférente. A peine a-t-il commencé à détacher sa ceinture que déjà le désir gronde au creux de son ventre. Sa dernière aventure remonte déjà à quelques semaines, et elle sait qu'Uscias ne lui dira pas non. Alors pourquoi pas? Elle l'entraine à sa suite dans le bar et ne s'arrête que lorsqu'ils atteignent la porte des toilettes. C'est loin d'être l'endroit le plus romantique du monde, mais Siobhàn s'en moque. Elle n'attends pas de déclaration d'amour enflammée ou de serments éternels de la part d'Uscias. Tout ce qu'elle veut, c'est profiter de l'instant qui s'offre à eux.Je ne te savais pas du genre à faire ça dans les toilettes d'un bar. Ils pénètrent dans les toilettes collés l'un à l'autre, et c'est au tour de la brunette de laisser échapper un rire amusé qui s'écrase sur les lèvres du garçon.«Y a tellement de choses que tu ne sais pas sur moi...» Et c'est loin d'être le meilleur moment pour lui en faire une liste détaillée.Ou alors tu me veux tellement que tu ne pouvais pas attendre plus longtemps.Un sourire étire ses lèvres tandis qu'ils continuent d'échanger baisers sur baisers. «Y a de ça aussi...» Souffle-t-elle en glissant ses doigts jusqu'à la ceinture du jeune homme pour commencer à la défaire. Aucune place n'est laissée au hasard. Les gestes sont mécaniques. Elle ne prend même pas le temps d'admirer le corps musclé du garagiste, c'est du déjà vu. Et oui, tu m'as manquée. Un sourire satisfait de glisse sur ses lèvres tandis qu'elle s'accroche à son cou pour se laisser transporter jusqu'aux lavabos. L'installation est sommaire mais largement suffisante pour ce qu'ils s'apprêtent à partager. Tout va très vite. Les vêtements tombent un à un, dans l'urgence. Les baisers s'enchainent, les soupirs se mêlent et ensemble, ils atteignent le plaisir tant recherché. Le souffle court, les joues rosies par l'effort, Siobhàn coule un regard satisfait en direction de son amant d'un soir et laisse échapper un petit rire nerveux. Elle ne sait jamais quoi dire une fois la fièvre retombée, trouve toujours un moyen de s'échapper rapidement. Elle n'est pas du genre à rester lovée dans les bras de son amant des heures durant. Quoi qu'il en soit, la configuration des lieux ne s'y prête pas vraiment. En silence, sans qu'il s'agisse d'un silence pesant, ils se rhabillent, s'envoient mutuellement les vêtements de l'un ou de l'autre sur lesquels ils parviennent à mettre la main et prennent finalement la direction de la sortie. La main sur la poignée de la porte des toilettes, Siobhàn dépose un dernier baiser sur les lèvres d'Uscias comme pour sceller le secret de leur union éphémère et le laisse sortir le premier avant de refermer la porte sur eux. Ses joues sont encore un peu roses, son souffle encore un peu saccadé. Elle passe une main dans ses cheveux pour les remettre en place, comme si c'était nécessaire et fait quelques pas dans la salle lorsque son regard se pose sur Eoghan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Eoghan Murphy
membrehello from the other side
○ messages : 480
○ inscription : 23/01/2016

MessageSujet: Re: Better an oops than a what if || Uscias Jeu 11 Fév - 18:38

Better an oops than a what if
Perfecting the art of pretending you're not
Un cours d'une lenteur exceptionnelle, depuis quelques semaines, Eoghan a l'impression de ne plus avancer avec ces cours de français. Il a apprit les bases rapidement mais aujourd'hui son niveau stagne lourdement. Il faut dire que les mangeurs de cuisses ont le don de rendre les choses compliqués, notamment en ce qui concerne la conjugaison. Une fois la classe terminée, il regarde sa montre, il faut vraiment qu'il se dépêche s'il ne veut pas être en retard pour le dernier bus. Un sprint et il grimpe juste à temps dans l'engin qui le mène jusqu'au centre ville où il a décidé de rejoindre sa meilleure amie. Si seulement il avait su, il se serait sans doutes abstenu de faire une telle chose. Le sourire aux lèvres, il passe la porte du bar pour chercher le visage bien connu de son ami. Rien à faire, pensant qu'elle est déjà partie, il choisit de lui envoyer un SMS: Hey. Toujours au bar, je te vois pas ? Mais là voilà qui sort des toilettes, juste après Uscias... Elle lisse sa robe, replace sa chevelure en vrac, il ne faut pas bien longtemps à Eoghan pour comprendre de quoi il s'agit. Il faudrait vraiment être naïf pour ne pas saisir en même temps. Il s'emporte, le sentiment de sortir de son corps pour l'observer rejoindre le petit couple et asséner un coup puissant sur le visage du Don Juan à la chevelure blonde. Son sang ne fait qu'un tour dans son organisme. A cet instant précis, il déteste ce mec, il déteste Siobhàn de lui infliger une telle douleur au creux de la poitrine mais il se hait surtout lui pour n'avoir pas su se contrôler. Il a envie de hurler sa rage et sa peine, de traiter sa voisine de salope et de dire à ce pauvre mec qu'il ne la mérite pas... Mais surtout, il rêverait de lui dire qu'il ne supporte plus tout ça, cette façon qu'elle a de bouffer les autres mecs -ou filles- du regard. Alors voilà, c'est plus fort que lui, il avait fallu qu'il tape sur quelque chose, quelqu'un. Et au moment où il réalise ce qu'il a fait, il comprend qu'il n'y aura pas de retour en arrière. Il n'a aucune idée de la façon dont il va justifier ses actes. Il se sent bête, plus paumé que jamais. Il lance un regard sombre à la victime de sa jalousie et ne lui laisse même pas le temps de répliquer. Il s'éclipse. Il part, la tête haute mais pas vraiment fier de ce qu'il vient de faire. Il a l’impression que son coeur va exploser dans sa poitrine. Ca fait mal. Terriblement mal. Une migraine terrible le prend alors qu'il prend ses jambes à son cou pour rejoindre une ruelle plus tranquille, là où il sait qu'il ne serait pas rattrapé par les deux tourtereaux. Une explication rationnelle maintenant ? C'est impossible. Il serait bien capable d'avoir des propos qu'il regretterait ensuite, un peu comme ses actes. La nuit risque d'être courte. Pourquoi n'est il simplement pas rentré chez lui directement, tout aurait été beaucoup plus simple. Il le sait pourtant, que Siobhàn n'est pas la femme d'une seule personne, qu'elle butine de fleurs en fleurs mais être témoin de la scène l'a transformé en Hulk. Crétin. Dire qu'il doit la rejoindre demain matin pour ce mariage...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Uscias Parkhill
membrehello from the other side
○ messages : 215
○ inscription : 02/02/2016

MessageSujet: Re: Better an oops than a what if || Uscias Ven 12 Fév - 3:21

Ain't got no money in my pocket, but I'm already here
Ain't got a care in world, but got plenty of beer Ain't got no money in my pocket, but I'm already here Now, the dudes are lining up cause they hear we got swagger But we kick em to the curb unless they look like Mick Jagger.

Y a tellement de choses que tu ne sais pas sur moi ... C'est sûrement ce qui rend ces rencontres si intéressantes. Avec Siobhàn, j'ai l'impression d'assembler un puzzle : petit à petit, une pièce après l'autre. Je gratte un peu plus profondément à chaque fois ou c'est elle qui baisse sa garde un instant, me laissant apercevoir un autre bout d'elle. Nous fonctionnons à l'envers sans vraiment en être conscient, sans même vraiment le vouloir. Ce soir, elle fait preuve d'une impétuosité que je ne lui connais pas et rend les choses bien plus intrigantes et intéressantes. Je me laisse porter par cette agressivité nouvelle pour un temps, avant de la rejoindre dans sa danse et de répondre avec autant de fougue. Quand enfin nous atteignons notre climax, nos corps se détachent et j'adresse à ma partenaire un sourire qui traduit bien mon ressenti. Je vole deux secondes pour reprendre mon souffle avant d'attraper mes vêtements et me rhabiller en silence. Je me dirige vers un lavabo et m'asperge le visage d'eau froide, puis m'essuie avec la manche de mon t-shirt. Siobhàn se tient déjà devant la porte, et j'accueille ses lèvres pour un dernier baiser avant de me faufiler à l'extérieur de toilettes. Je prends une grande inspiration et fouille dans mes poches pour en sortir mon paquet de cigarette. J'en glisse une entre mes dents et me tourne vers la fleuriste. Tu me rejoins pour une dernière cigarette ? C'est le rituel. Cigarettes after sex, histoire de relaxer les muscles. Je ne reçois qu'un gros vent en guise de réponse tandis qu'elle ignore royalement la clope que je lui tends. Son attention est clairement braquée ailleurs et je sens quelque chose s'abattre violemment sur ma joue quand je veux me retourner pour constater par moi-même ce qui a l'air de la perturber à ce point. Bon bah comme ça j'ai pas à chercher très loin. L'impact me propulse plusieurs pas en arrière et je manque de m'écraser sur le sol. Putain de … je crie en plaquant ma main sur ma joue assaillie. Mon beau visage. What the fuck was that about ???????????????????? Je me redresse et projette mon regard au fond de la salle où j'aperçois un type quitter le bar : mon agresseur, sans aucuns doute. Hey ducon, c'est quoi ton foutu problème ? Je hurle dans le vent alors qu'il est déjà dehors. La colère montant et la douleur toujours palpitante dans ma joue, je donne un coup de pieds au mur. Foutu connard ! Je retire ma main et me tourne vers Sio. Ça se voit ? Évidemment que ça se voit idiot. Il t'a pas raté ce con. Ah ça c'était pas de la petite claque : tout son poing s'est pratiquement aplati sur ta (belle) gueule bon sang. Fuck.

J'entreprends de me calmer en respirant lentement, tentant de passer outre la douleur émanant de mon visage (probablement défiguré). Il doit déjà être assez loin pour que ça vaille pas le coup de le poursuivre. Mais quand même, j'ai vraiment envie de lui mettre la main dessus, au moins pour lui demander ce qui cloche chez lui. On attaque pas les gens sans raisons bon sang. Je remarque que Siobhàn à l'air autant chamboulée, si ce n'est plus, que moi. Est-ce qu'elle connaît ce type ? Un ami à toi ? Je demande, confus, en massant ma joue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Siobhàn Gogarty
membrehello from the other side
○ messages : 646
○ inscription : 25/01/2016

MessageSujet: Re: Better an oops than a what if || Uscias Dim 14 Fév - 21:45

Better an oops than a what if
Perfecting the art of pretending you're not
Tu me rejoins pour une dernière cigarette ? Les mots parviennent jusqu'aux oreilles de Siobhàn mais son cerveau n'a pas le temps de les analyser. Son regard est braqué sur Eoghan qu'elle voit se précipiter vers Uscias sans même avoir le temps de réagir. En moins de temps qu'il ne faudrait pour dire oops, le poing de son voisin s'abat sur la joue de son amant. Putain de …Le choc est violent et le garagiste s'écroule sous le regard horrifié de la fleuriste qui détourne le regard pour suivre la course d'Eoghan qui quitte le bar aussi vite qu'il y est arrivé. Bouche bée, sourcils froncés, la jolie brune met quelques secondes à reprendre ses esprits. Elle ne comprend absolument pas ce qu'il vient de se passer. Pourquoi diable son meilleur ami a-t-il frappé Uscias? Loin de se douter que c'est elle le coeur du problème, Siobhàn sors de sa torpeur lorsqu'Uscias s'énerve contre Eoghan qui est déjà probablement loin.Hey ducon, c'est quoi ton foutu problème ?Perturbée par la scène qui vient de se dérouler sous ses yeux, la fleuriste se retourne vers son ami pour constater les dégâts. Sa pommette arbore déjà une marque rougeâtre qui ne devrait pas tarder à virer au violet s'il ne s'en occupe pas rapidement. Quel que soit le motif de cette agression, Eoghan n'y a pas été de main morte.Ça se voit ? Sio esquisse une légère grimace avant de hocher positivement la tête. Il risque d'être marqué pendant un certain temps. Heureusement, Bo leur apporte une poche de glace qu'il tend à Uscias avec un sourire amusé. Je sais pas ce que tu lui a fait à ce pauvre garçon, mais tu l'as pas volé. C'est la question que se pose aussi la jeune femme qui reporte son attention vers la porte du bar comme si son meilleur ami pouvait reparaitre à nouveau. Les sourcils légèrement froncés, elle tente de comprendre cette affaire lorsqu'Uscias la questionne à propos de son agresseur.Un ami à toi ? Elle passe une main confuse dans ses cheveux et hoche la tête avant de la secouer perdue. «Oui... Enfin je crois, j'avoue que j'ai du mal à le reconnaitre sur ce coup... Ca lui ressemble pas de... Enfin de faire ça...» Son regard passe d'Uscias à la porte, plusieurs fois en une fraction de secondes. Elle est totalement perdue mais finit tout de même par reporter son attention sur le jeune homme.«J'suis vraiment désolée, je sais pas ce qui lui a prit... Est-ce que ça va?» Demande-t-elle en s'emparant de la poche de glace qu'il tient toujours en main pour la poser en douceur sur sa joue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Uscias Parkhill
membrehello from the other side
○ messages : 215
○ inscription : 02/02/2016

MessageSujet: Re: Better an oops than a what if || Uscias Mar 16 Fév - 1:27

Ain't got no money in my pocket, but I'm already here
Ain't got a care in world, but got plenty of beer Ain't got no money in my pocket, but I'm already here Now, the dudes are lining up cause they hear we got swagger But we kick em to the curb unless they look like Mick Jagger.

Peut-être que je ne devrais pas être si surpris. Je suis certain que j'en parlerais à Stella, elle me rétorquera qu'il fallait bien que ça arrive à jour. On dit que j'ai une tête à claque, et c'est souvent que j'entends dire qu'il y a des claques qui se perdent. C'est pas une théorie que Bo réfute par contre, puisqu'il prend directement le parti de l'excité. Je sais pas ce que tu lui a fait à ce pauvre garçon, mais tu l'as pas volé. Je prends la poche de glace qu'il me tend et hésite à le lui relancer à la figure. Scandale. OUTRAGE. Je refuse d'être la victime battue qui prend le blâme, cette injustice ne prendra pas. Mais partir en rant contre Bo est inutile puisqu'il en clairement rien à foutre, et qu'il veut juste m'énerver. Je me demande pourquoi il en a autant après moi ce soir, moi qui suis toujours sympa avec lui. C'est ça, réjouis-toi de la souffrance des autres. Ça en dit long sur le genre de personne que t'es Bo. Il s'en fout. C'est bien ce que je pensais. Je pourrais être à terre en train de pisser le sang de partout qu'il m'apporterait juste quelques glaçons. Outré, je lui adresse un doigt d'honneur qu'il ne prend même pas la peine d'admirer en se retournant et je me tourne vers Siobhan l'air de dire : non mais t'y crois toi ? Je devine que la scène doit être assez comique vue de l’extérieur en surprenant un couple au bout de la salle en train de ricaner en nous regardant. Je peux pas trop leur en vouloir pour le coup, puisque si c'était un autre à ma place, je serais 100% en train de me taper le cul par terre. Mais bordel, là ça me fait pas rire du tout, surtout que Sio' vient de me confirmer que ça se voyait. URGH. Génial, maintenant je vais devoir me coltiner toutes les remarques chiantes Bo-style, et les gens vont être super contents de se dire que j'ai enfin eu ce que je méritais. Ah tiens, ce petit plaisantin d'Uscias a enfin eu ce qu'il mérite, penserait la voisine, propriétaire d'un nain de jardin sur lequel j'ai (encore) dessiné un pénis. Je savais que tu t'attirerais des ennuis un jour, dira ma mère demain quand elle verra la jolie marque sur ma joue. Je t'avais bien dis qu'il fréquentait de drôles d'endroits, rétorquera mon crétin de frère quand ma mère lui en parlera. (Ouais, je sais pas pourquoi, mais ils pensent que je suis some sort of thug qui fait parti d'un gang de rue ou quelque chose du genre.) Ils souriront, fanfaronnant, tous satisfait de mon malheur, se disant que ''j'avais bien dû le chercher'', alors que non, #non, NON. Pas du tout. Je me suis fait frapper par un excité inconnu, et pour le coup j'ai rien cherché du tout.

Je pose violemment le sac de glace sur ma joue et accueille le frisson qui parcourt ma colonne vertébrale. Après tout ça (sexe + se faire casser la gueule j'entends), la sensation de froid est la bienvenue et m'aide à me calmer. Oui... Enfin je crois, j'avoue que j'ai du mal à le reconnaitre sur ce coup... Ca lui ressemble pas de... Enfin de faire ça... ''Bah soit il est d'une humeur exécrable soit tu le connais pas si bien que ça cocotte'', j'ai envie de répondre, mais elle a l'air si troublée que j'ai pas envie d'en rajouter une couche. Je hausse quand même un sourcil, pas très convaincu. Je détache la poche de ma glace de ma joue pour jongler avec. J'suis vraiment désolée, je sais pas ce qui lui a prit... Est-ce que ça va? C'est pas de ta faute, t'as pas à t'excuser. Et t'inquiète, je m'en remettrais. Puis je me dis que ça fera une amusante histoire à raconter un jour. Le jour où je me suis fait frapper après avoir pécho dans les toilettes d'un bar. Pas très passionnant dit comme ça, mais je prendrais soin de rajouter deux-trois éléments histoire d'épicer un peu le tout. Tu diras quand même à ton excité de pote que ça se fait pas de frapper les gens sans raisons. Education 101. Oh, et que la prochaine fois, il s'en prendra une en retour. J'essaye de faire le rigolo, de sonner brave et tout, mais en vrai je suis toujours assez énervé. Ma proposition pour une cigarette tient toujours d'ailleurs si tu veux. Je place une clope entre mes dents et me dirige vers la sortie sans attendre de réponses, au cas où un autre poing sortirait de nul part.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Siobhàn Gogarty
membrehello from the other side
○ messages : 646
○ inscription : 25/01/2016

MessageSujet: Re: Better an oops than a what if || Uscias Mer 17 Fév - 13:13

Better an oops than a what if
Perfecting the art of pretending you're not
C'est pas de ta faute, t'as pas à t'excuser. Et t'inquiète, je m'en remettrais. C'est vrai, ce n'est pas elle qui a envoyé son poing dans la figure d'Uscias, mais Siobhàn s'en veut malgré tout et se sent responsable de ce qui est arrivé au garagiste. Certes, elle n'a pas de contrôle sur les actes d'Eoghan, elle ignore même ce qui est passé par la tête de son meilleur ami, mais c'est plus fort qu'elle, elle se sent un peu coupable. Perdue aussi. Elle n'arrive pas à comprendre ce qui a pu motiver un tel geste de la part du garçon. Elle ne l'a jamais connu violent, il ne lui a jamais semblé être du genre à frapper sans parlementer avant, et encore moins sans raison...Tu diras quand même à ton excité de pote que ça se fait pas de frapper les gens sans raisons. Education 101. Oh, et que la prochaine fois, il s'en prendra une en retour.Un rire léger, nerveux, s'échappe des lèvres de Siobhàn tandis qu'elle hoche la tête. Elle préviendra Eoghan oui, seulement, elle se demande comment s'y prendre. Elle ne s'explique pas le geste du garçon, le pourquoi du comment il en est arrivé à frapper Uscias. Pourquoi Uscias d'ailleurs? Après tout, le bar est bondé, pourquoi avoir décidé de frapper le garagiste plutôt que n'importe lequel des autres types présents. Est-ce que ça a un rapport avec elle? Les questions se bousculent dans sa tête sans qu'elle soit capable d'y répondre, à moins qu'elle ne veuille tout simplement pas y répondre. La jolie brune semble à nouveau ailleurs et reprend ses esprits lorsqu'Uscias lui propose à nouveau une cigarette:Ma proposition pour une cigarette tient toujours d'ailleurs si tu veux. Elle hoche la tête et le suit à l'extérieur. Effectivement, une cigarette lui fera le plus grand bien, elle a besoin de se vider l'esprit, de penser à autre chose qu'à Eoghan et son comportement étrange. «Attends moi, j'arrive...»Souffle-t-elle en lui emboitant le pas pour le suivre jusqu'à l'extérieur du bar où les attendent encore la planche de Skate d'Uscias et leurs verres vide, du moins son verre vide. «Tu veux un verre pour faire passer la douleur? J'te dois bien ça...»Propose-t-elle avec un sourire. Elle aussi a bien besoin d'un petit remontant avant de rentrer, la nuit a été suffisamment mouvementée comme ça, et elle tient à être relativement présentable pour le mariage de sa collègue demain, même si elle redoute à présent que le soleil se lève.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Uscias Parkhill
membrehello from the other side
○ messages : 215
○ inscription : 02/02/2016

MessageSujet: Re: Better an oops than a what if || Uscias Mer 17 Fév - 23:25

Ain't got no money in my pocket, but I'm already here
Ain't got a care in world, but got plenty of beer Ain't got no money in my pocket, but I'm already here Now, the dudes are lining up cause they hear we got swagger But we kick em to the curb unless they look like Mick Jagger.

Ok je l'avoue, j'espérais que mon agresseur se trouve encore devant le bar, histoire de pouvoir lui toucher un mot ou deux et lui expliquer le fond de ma pensée, mais faut croire que j'ai été trop optimiste car la rue était sombre et déserte. Non pas que je m'attendais à ce qu'il soit là, ah ah, ça aurait été super con de sa part de rester, mais une partie de moi (la gauche) veut encore en découdre. J'aimerais qu'il soit devant moi, au moins pour lui demander ce qui va pas chez lui, et pourquoi pas lui conseiller d'aller voir un psy. Je veux pas le violenter : j'aime pas me battre, c'est fatiguant et ça en vaut jamais la peine, mais je veux le secouer un peu, lui apprendre deux-trois choses sur la vie, et surtout je veux qu'il me présente des excuses que je refuserais en lui disant d'aller se faire voir. Très mature ouais, je sais, whatever. J'ai juste besoin d'avoir le dernier mot. Tout le temps. Même quand j'ai tort. Mais j'ai pas tort très souvent. Et là pour le coup, j'ai clairement pas tort du tout. Mais faut croire que j'aurais pas ce que je veux ce soir, qui sait si je reverrais même ce type un jour. Il semble que je sois condamné à vivre avec ce souvenirs sans que je sache la raison de cet assaut, et franchement ça m'énerve. Pas le geste en lui même, mais sa gratuité. C'est comme avoir une énigme devant mes yeux mais il me manque une partie pour pouvoir la résoudre, je pourrais passer à autre chose, mais ça m'obséderait, parce que je n'aime pas ne pas savoir. Parce que quand j'expliquerais aux gens qu'un random dude m'a frappé et qu'ils me demanderont pourquoi, je ne pourrais pas répondre avec autre chose qu'un ''je ne sais pas'', et ils se feront des idées. Peut-être qu'un crétin, comme Bo, dira que même s'il savait pas ce que j'avais fait à ''ce pauvre garçon'', je ne ''l'avais pas volé''. Et ça m’agacera. Si encore c'était un type que j'ai provoqué ou énervé, alors ok, je serais déjà probablement passé à autre chose : j'aime pas m'attarder sur des choses plus longtemps que nécessaire. Urgh. Il est pas là, alors je ferais aussi bien de chill, car apparemment c'est pas Siobhàn qui m'expliquera le comportement de son pote non plus, et j'ai pas envie de ruiner une soirée qui, dans l'ensemble, a été très satisfaisante.

Car malgré l'incident, Siobhàn et moi nous retrouvons une fois de plus devant le bar, clope au bec. Mes pieds ont naturellement rejoint la planche de mon skate et mon verre pas fini est toujours sur le rebord de la fenêtre. Je compte pas en boire une goutte, j'ai plus très soif. Tu veux un verre pour faire passer la douleur? J'te dois bien ça... Je secoue de la tête. Non merci. La douleur s'apaise et je n'ai plus besoin de la poche de glace que je lance à côté de mon verre. La fraîcheur de l'air fera l'affaire, et j'habite à vingt-minutes de là en skate, donc j'aurais largement le temps d'en profiter. Nous terminons nos cigarettes en même temps. Je te raccompagne quelque part ? Je lui demande en parfait gentleman, mais elle m'assure que ce n'est pas la peine. Siobhàn, c'est toujours un plaisir. Je rajoute en effectuant une légère révérence suivi d'un clin d’œil et d'un sourire. Je lui embrasse furtivement le front avant de la regarder s'éloigner vers sa prochaine destination. A la prochaine. Je regarde les deux verres et la poche de glace sur le rebord de la fenêtre et hausse les épaules. Bo n'a qu'à aller se faire voir. Puis je m'élance sur mon skate de mon côté, en direction de chez moi, pour conclure une nuit fort satisfaisante. Oui, j'me suis pris un poing dans la tronche, mais au moins j'me suis envoyé en l'air. WORTH IT.

the end.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Better an oops than a what if || Uscias

Revenir en haut Aller en bas

Better an oops than a what if || Uscias

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Oops apparement c'était ici les présentations
» It's me honey open your legs oops I ment the DOOR |Mike & Mariann |
» oops! Allô Sanaa? featuring Sanaa
» Bonne Mercredi
» Bonne Lundi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHERE HAVE YOU BEEN :: LA VILLE :: Magnershill :: The Coachouse Bar and Bistro-