AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

too deep / allan + stella

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Stella Crossgrove
membrehello from the other side
○ messages : 252
○ inscription : 28/01/2016

MessageSujet: too deep / allan + stella Lun 8 Fév - 22:50

pills for our hearts.
There's a war inside my head. Sometimes I wish that I was dead, I'm broken. So I call this therapist And she said, "Girl, you can't be fixed, just take this." I'm tired of trying to be normal. I'm always over-thinking. I'm driving myself crazy. So what if I'm fucking crazy? //

Je regarde l'horloge depuis des heures, mais la trotteuse refuse de bouger. Le temps s'est comme arrêté, en plein après midi. Yes. Cette journée, déjà interminable, l'est d'avantage. Au point où j'en suis, je commence à croire que l'univers à une dent contre moi, pauvre mortelle sans défense. Comme dirait Jackie Chan dans sa série animée au début deux-mille : « C'est pas mon jour. ». C'est que ce matin, je me suis levée avec une gueule de bois massive, sans avoir bu la vielle. Effet secondaire de mes médicament, il paraît, parce qu'en plus d'être malade des pensées, je dois l'être physiquement aussi, sinon c'est pas drôle. À cause de cela, je n'ai pas été capable d'avaler mes céréales préférées au petit dej', ni le moka que Steeve m'a amené avant de commencer son quart. Ma vie est un gros caca, de la diarrhée en boîte. En plus de ça, je suis moche; Je n'ai pas eut la foi de me doucher, comme je le fais chaque matin, ni de me coiffer ou de me maquiller. Ma peau voit le soleil – ou plutôt les nuages – pour la première fois depuis deux-mille treize. Houra. Joie. Sarcasme.

Dans une énième tentative de me remonter le moral, je sors un verni à ongle – essie, tea & crumpets – un truc super cher sans réelle raison, cadeau, bien sûr, de booboo, mieux connu sous le nom d'Allan. Bref, j'applique une couche de couleur, ou du moins j’essaie, sans trop de succès. La vérité, c'est que j'en met d'avantage sur la peau que sur l'ongle. Charmant. Nul besoin de dire que je perds vite patience, comme d'habitude, et que je range tout en rapidement, espérant  une distraction, un client, un appel, n'importe quoi.

Mais bien sûr, ça ne vient pas. Le garage est toujours tranquille en février. Les gens essaient toujours de repayer leurs cartes de crédit étouffées pendant les fêtes,  l'auto et ses petits problèmes peuvent encore attendre un mois ou deux. Alors, moi, papi et steeve, on s'ennuie. On joue aux cartes, on fait des charades ou ils travaillent, comme en ce moment, sur ma vieille mini et son cancer généralisé.  Pendant qu'ils font ça, moi, bah, je contemple diverses idées, je débat contre mon propre esprit. J'aimerais bien pouvoir faire de la comptabilité ou quelque chose du genre, mais l'année financière est tout juste terminée, et j'ai remplis tous les papiers la semaine dernière. FML.

S'il-vous-plait, crevez un pneu, quelqu'un. Une panne d'essence, des freins qui fonctionnent plus, n'importe quoi, quelque chose. Dieu, si tu existe, je suis désolée d'être une petite pécheresse mais faits quelque chose, dude.  J'veux dire, oui, je suis pleine de vice, mais il y a bien pire que moi, je ne mérite pas une telle torture, une pénitence si lourde.

Soudain, alors que je m'apprêtais à compléter d'un Amen ma prière, la porte vitrée du garage s'ouvre, sur un homme beaucoup trop bien habillé pour l'endroit.

Merde. Dieu à un très mauvais sens de l'humour.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Allan Lochlainn
membrehello from the other side
○ messages : 94
○ inscription : 23/01/2016

MessageSujet: Re: too deep / allan + stella Mer 10 Fév - 16:47


Too deep
I'm a let you know and keep it simple. Try a keep it up, don't seem so simple. I just fucked two bitches 'fore I saw you. You gon' have to do it at my tempo. Always tryna send me off to rehab. Drugs started feelin' like it's decaf. I'm just tryna live life for the moment. And all these motherfuckers want a relapse.

Les réunions hebdomadaires n'en finissent pas, depuis le début de la semaine Allan n'a pas une seconde de répit, les jours lui paraissent interminables et les nuits n'en parlons pas. Réveillé depuis cinq heures du matin et comme à ses habitudes le nouveau pdg s'en ait allé, courir à tout rompre et à s'époumoner. Une course infernale d'une heure pour tuer tous ses démons. Cela lui avait fait un bien fou, il ne pouvait imaginer commencer sa journée sans aller courir, si cela lui arrivait il était certain qu'il passerait sa journée de façon à ce qu'elle soit totalement désastreuse et morne. C'était actuellement sa troisième et dernière réunion de la journée et heureusement d'ailleurs car il n'en pouvait décemment plus, Allan était sur les nerfs d'être continuellement assis sur cette chaise, confortable certes. Il avait besoin de sa dose d'adrénaline qu'était le sport. Ce putain de point d'ancrage qui lui permettait de se canaliser et de se remettre les idées au clair.
Allan n'a jamais été habitué à rester assis dans un bureau, à écouter des hommes et des femmes discuter de tout ce qui se rapporte à la société. Il a toujours été du genre à ne jamais rester en place, son ancien métier de militaire ne lui permettait pas de s'ennuyer, il était la plupart du temps la moitié de l'année sur le terrain, l'autre moitié à errer sur la base à s'entraîner et à se perfectionner davantage aux tirs de plus son rôle de capitaine était quelque chose qui ne pouvait prendre à la légère, il était présent aussi bien pour lui que pour ses soldats, incapable de les laisser seuls. Il était très connu et très respecté dans sa base de part son autorité et son sang-froid indémontable.
Depuis qu'il avait repris l'entreprise de son défunt père, cette autorité et ce sang-froid n'avait pas changé, loin de là, c'était encore plus impressionnant. D'ailleurs Allan avait encore les attitudes typiques du militaire, si bien qu'il était impossible de savoir s'il était réellement le pdg de Lochlainn Enterprises. Seul son apparence et le port de costumes prouvaient qu'il l'était, mais une fois qu'il quittait son travail, il reprenait le cours de sa vie normal et troquait ses costumes pour des vêtements basiques. Allan ne veut qu'en aucun cas, les gens puissent savoir qu'il est celui qui a repris le flambeau et qu'il est l'héritier même de Logan Lochlainn. Il ne voulait pas qu'ils puissent faire le rapprocher, pour eux, il était simplement Allan, un américain venu s'installer à Youghal pour s'échapper de sa vie d'autan, ni plus ni moins.

Après cette interminable mais constructif réunion portant sur l'exportation dans divers autres continents, Allan prend la direction du sous-sol pour rejoindre sa voiture, aujourd'hui il a décidé d'emporter la mustang, son petit bijou, celle qu'il affectionne plus particulièrement. Il possède cette voiture depuis pas mal d'années, bien avant d'arriver en Irlande et il avait été hors de question de la laisser à Chicago, alors il l'avait fait parvenir jusqu'ici. Depuis il a acheté d'autres voitures, puisqu'il peut parfaitement se le permettre, c'est donc tout naturellement qu'il a une porsche panamera ou encore une audi a6 sport. Montant dans sa mustang, Allan allume automatiquement la radio pour laisser s'échapper des enceintes une musique de fond, il n'aime pas le calme même s'il aime la solitude. Allan savait qu'il pouvait obtenir un chauffeur pour se faire amener partout où il le voudrait, mais il n'en avait pas la moindre envie, il aimait particulièrement conduire et il était bien trop solitaire pour être accompagné par qui que ce soit d'autant plus que cela ne faisait qu'un an et demi qu'il était nouveau pdg, il ne se sentait pas totalement comme tel pour se le permettre, maintenant.

Quarante cinq minute séparent Cork de Youghal et même si cela pouvait paraître long ce n'était absolument pas le cas pour Allan. Il n'avait pas pris la décision de vivre dans une ville telle que Cork, il voulait se faire tout petit et ne pas montrer qui était le nouveau visage de L.E, il voulait rester anonyme, pour se préserver mais préserver aussi la vie de sa grand-mère qu'il avait amené avec lui. Il vivait dans un petit pavillon, moderne avec elle et ils s'y plaisaient plutôt bien. C'était tout ce qu'il lui fallait, rien de plus ne l'intéressait. Alors qu'il était plongé dans ses douloureuses pensées, Allan fut contraint de se réveiller, quelque chose n'allait plus dans sa conduite. Sa voiture s'était mise à saccader et elle broutait, n'étant pas un très grand connaisseur en ce qui concerne la mécanique, il se décida à aller vers ce garage qu'il avait entraperçu à l'entrée de Youghal. Il conduisit doucement jusqu'à ce dit-garage et s'arrêta devant la porte vitrée.  Lorsqu'il sorta de sa voiture et se dirigea vers l'entrée, qu'elle ne fut pas sa surprise de voir que Stella, cette jeune fille qu'il fréquentait depuis quelques temps, se présentait à lui. « Oh, Stella. Comment vas-tu? » Il regarda autour de lui, constatant le contraste entre sa tenue de pdg et le lieu dans lequel il se trouvait. « J'ai un soucis avec la voiture, quelqu'un peut y jeter un œil ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Stella Crossgrove
membrehello from the other side
○ messages : 252
○ inscription : 28/01/2016

MessageSujet: Re: too deep / allan + stella Dim 21 Fév - 19:51

pills for our hearts.
There's a war inside my head. Sometimes I wish that I was dead, I'm broken. So I call this therapist And she said, "Girl, you can't be fixed, just take this." I'm tired of trying to be normal. I'm always over-thinking. I'm driving myself crazy. So what if I'm fucking crazy? //

Il entre dans mon monde, sans cogner, sans donner de mot de passe, sans répondre à une énigme. Il n'est pas du genre à s'arrêter pour penser, à se demander si la porte devant lui est ouverte ou verrouillée. Il fonce, voilà tout. Il tourne la poignée ou il paie quelqu'un pour faire dynamiter les murs. On est différents, là dessus. On est différents sur pleins de trucs, trop de trucs, mais je ne l'ai jamais vraiment réalisé avant de le voir, là, devant moi, dans ma maison de paille. C'est une tâche noire sur une page blanche. Une lame de rasoir tamise dans du velours.  Un contraste fort, si fort que ça m'en donne mal à la tête. Il n'a rien a faire ici – Je veux dire, il est en complet, dans un garage miteux, dans un village miteux, dans un pays miteux. Il devrait être dans un pentouse, à New York, avec une  meuf à moitié plastique, fabriquée spécialement pour lui.

À la place, il est ici, et il se fait des petites filles de garagiste incapables d'entrer à l'université et de se payer un blanchiment dentaire.

J'avale, bien, rien. Ma gueule est sèche; Mes yeux sont humides, apeurés, comme ceux d'un enfant effrayé après avoir été pris en plein délit.  Mes oreille, mes mains, tout le reste de mon corps est en alerte; Je peux presque sentir l'écho de sa voix frapper ma peau quand sa voix s'échappe de sa bouche. Oh, Stella. Comment vas-tu? Comptons sur lui pour être parfait même dans les pires moments. Sur le coup, je le déteste, puis mon crush de gamine reprends le dessus, et de nouveau, je l'aime bien, ce qui fait que je le déteste encore plus. Il est horrible. Je me sens bizarre, malade, honteuse, insécure. Je ne me sens pas Stella. Je ne suis pas Stella. Je suis la petite fille qui, jadis, avait peur de dire qu'elle était gauchère, de peur d'aller en enfer. Un château de carte. Bien sûr, je ne dis rien de tout ça. Je sers les mains  en deux poings, tentant de cacher ma manucure ratée, reste muette. J'attends qu'il passe à autre chose. Il en a découvert bien assez sur moi aujourd'hui. J'ai un soucis avec la voiture, quelqu'un peut y jeter un œil ? J'hoche la tête rapidement, me levant de mon siège pour faire quelques pas en direction de l'air de travail, ou mon grand-père et mon oncle se trouvent. PAPIIII. Je crie, la voix instable, pareille à celle d'un ado en pleine puberté. J'étire le cou vers l'entrée pour voir quel véhicule annoncer. Comme de raison, Allan n'est pas venu avec un citron, au contraire. Il a sa mustang, le rêve made in usa. UNE AMÉRICAINE. Je n'ai pas à en dire plus pour que Papi se pointe, attiré par les chevaux moteur et le volant du mauvais côté. Steeve le suit, probablement parce qu'il veut se moquer de mon cri précédent, le méchant. Avant qu'il puisse ouvrir la bouche pour dire mille bêtises, j'ouvre la mienne, portant à nouveau mon attention sur notre joli-merveilleux-parfait client. Euh... ou du moins j'essaie. Il se passe quoi? Je demande, tentant de contrôler ma voix qui mue soudainement. Il a un soucis avec sa voiture, dummy. Il l'à déjà dit. Rapidement, j'essaie de passer à autre chose, question qu'il ne remarque pas ma stupidité. Tu – Vous – Vous voulez un  thé? Café? Soda? On a de la bière aussi mais si tu veux conduire après c'est pas très recommandé haa. Raté, idiote.  Je sens le regard de mon oncle, puis celui d'Allan, fixés sur moi, pleins d'interrogations. Je me promet de ne rien ajouter, mais, indisciplinée comme je suis, en est incapable, et laisse échapper quelques mots de plus de ma bouche. Je peux faire des biscuits aussi. Pourquoi? On sait tous que je fais brûler de l'eau. Mon oncle n'en peut plus, et s'en va, pouffant de rire. Note à Stella du futur : Tuer Steeve, lentement. Imposer grande souffrance. Cracher sur sa tombe.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: too deep / allan + stella

Revenir en haut Aller en bas

too deep / allan + stella

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» BALLISTIC - DEEP FOREST ATMOSPHERE
» Deep cleansing oil DHC = PRODUIT MIRACLE
» Soin profond (deep conditioner)
» Allan Duboux [Eric Fava]
» EDGAR ALLAN POE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHERE HAVE YOU BEEN :: LA VILLE :: Bawnmore :: quartier délabré-